fbpx
CaniprofSanté du chienTyphus chez le chien : Symptômes, Causes, Traitements

Typhus chez le chien : Symptômes, Causes, Traitements

Le typhus du chien est une maladie grave, particulièrement sévère chez le chiot et beaucoup plus répandue qu’on aurait tendance à le penser.

En effet, chez l’humain le mot « typhus » renvoie à une maladie ancienne, que l’on pense volontiers disparue.

Chez le chien, il n’en est rien, et derrière le terme « typhus » se cache la Parvovirose canine, une maladie moderne du carnivore domestique qui fait toujours des ravages au sein de la santé des élevages.

Le typhus du chien, qu’est-ce que c’est ?

On nomme « typhus du chien » la Parvovirose Canine, une maladie causée par le parvovirus canin 2 (CPV2), pathogène virulent et très contagieux.

Cette maladie prend aussi le nom de Parvovirose du chiot, car les jeunes animaux développent des formes plus sévères quand ils en sont atteints.

À noter que le typhus du chien n’a rien à voir avoir le typhus de l’humain, chez qui ce terme renvoie à une famille de maladies causées par des bactéries essentiellement transmises par des parasites (poux, pouces et tiques).

La Parvovirose canine est parfois nommée ainsi par analogie, c’est-à-dire à cause de sa ressemblance avec le typhus de l’homme. En effet, les deux maladies se manifestent, entre autres, par une forte fièvre, et présentent un caractère mortel et épidémique.

Le typhus du chien est une maladie récente, qui n’a été découverte qu’en 1978 et semble s’être rapidement répandue dans le monde entier à partir de cette date.

Il semblerait qu’elle soit le fruit d’une mutation du Parvovirus félin, ou de parvovirus atteignant les carnivores sauvages (ratons laveurs, renards et visons).

Le typhus du chien peut adopter une forme intestinale ou cardiaque, la seconde se transmettant de la chienne au chiot et n’atteignant que les jeunes animaux. (1)

Banniere assurances chien


Symptômes du typhus du chien

Typhus intestinal du chien

La forme intestinale du typhus du chien est la plus répandue. La contamination survient par voie orale, alors que l’animal est en contact avec des surfaces contaminées par les excréments d’un individu porteur du virus (asymptomatique ou non).

Le parvovirus en cause va alors infecter le système lymphatique du chien, puis se répandre dans son sang jusqu’à atteindre l’intestin et la moelle osseuse.

À ce stade, les symptômes de la maladie sont souvent invisibles aux yeux des maîtres, tandis que le virus progresse insidieusement dans l’organisme du chien.

Les tissus intestinaux atteints par le virus se nécrosent, et le nombre de lymphocytes dans l’organisme du chien diminue du fait des atteintes de la moelle osseuse.

Ce processus permet dès lors aux bactéries normalement présentes dans le tube digestif du chien de franchir la barrière intestinale et d’infecter l’organisme entier.

On soulignera que, de ce fait, la gravité de typhus du chien et son pronostic sont étroitement liés à la santé intestinale de l’animal et à la virulence des bactéries normalement présentes dans son intestin avant l’infection par le CPV2.

Chaque animal présente en effet une flore intestinale différente en fonction de son âge, son alimentation, son état de santé et de bien d’autres paramètres. Les toutous d’ores et déjà colonisés par de dangereuses bactéries (toutefois inoffensives tant qu’elles demeurent dans l’intestin) développeront généralement les formes les plus graves.

Le typhus du chien se solde donc par une infection systémique (septicémie) nommée SRIS (Syndrome de Réponse Inflammatoire Systémique) engendrant des troubles à différents niveaux (troubles de la coagulation, détresse respiratoire, myocardites, etc.).

Le chien infecté souffrant d’une déficience immunitaire généralisée, il est également susceptible d’être infecté par d’autres pathogènes (virus ou bactérie) qui viendront compliquer la maladie et engendrer de nouveaux symptômes.

Typiquement, on observe des diarrhées hémorragiques très sévères chez le chien atteint du typhus, parfois associé à des vomissements. Les invaginations intestinales (déplacements de l’intestin) sont également symptomatiques de cette maladie, et se compliquent souvent en occlusions intestinales mortelles.

Une forte fièvre et un abattement général sont aussi souvent observés, ainsi que des signes de détresses non spécifiques (tristesse, anorexie, plaintes, comportement inhabituel, etc.).

Typhus cardiaque du chien

Chez le chiot, la Parvovirose peut prendre une forme cardiaque, quoique cela soit plus rare. Cette pathologie survient quand le chiot est infecté dans l’utérus de sa mère durant la gestation ou pendant les premiers jours de sa vie.

Le parvovirus atteint alors le muscle cardiaque et engendre une nécrose des tissus. S’ensuit un arrêt brutal du cœur ou un œdème pulmonaire.

Cette forme de typhus est particulièrement fulgurante et provoque la mort brutale de l’animal par arrêt cardiaque ou détresse respiratoire.

Dans certains cas, le typhus cardiaque peut également provoquer des lésions rénales, nerveuses ou sanguines. Les symptômes sont fugaces et peu spécifiques, et ne permettent généralement pas diagnostiquer la maladie à temps pour sauver l’animal. (2)


Causes du typhus du chien

Le typhus est causé par le parvovirus canin qui se transmet d’un chien à l’autre essentiellement par voie orale. La contamination survient le plus souvent quand un animal ingère des déjections contaminées.

Le typhus possède un fort caractère épidémique : il est extrêmement contagieux, et la contamination à grande échelle peut aller très vite dans les environnements où on rencontre une forte densité d’animaux (refuges, élevages et chenils).

En effet, il n’aura échappé à aucun maître que les chiens ont coutume de se renifler l’arrière-train pour se saluer, que l’idée de mâcher un jouet ayant traîné sur un sol souillé ne les rebute pas, et que certains d’entre eux peuvent même se laisser tenter par l’idée de gouter aux excréments de leurs pairs…



Ces situations à risque sont particulièrement difficiles à éviter, d’autant que de nombreux toutous sont porteurs sains du virus responsable du typhus du chien, ce qui peut endormir la méfiance des maîtres, laissant leurs compagnons s’approcher d’animaux contagieux, sans se douter du danger de la situation.

Comment faire face aux frais vétérinaires en cas de maladie ou accident ?

Pour éviter les frais de santé élevés, je vous conseille vivement de vous pencher sur les assurances pour chiens.

Pour trouver l’offre qui vous correspond le mieux et au meilleur prix, vous pouvez ce comparateur gratuit qui vous permettra d’économiser jusqu’à 60% sur vos frais.


Traitement et pronostic du typhus du chien

Chez le chiot, le typhus est mortel dans plus de 90% des cas en l’absence de traitement. Avec un traitement précoce, ses chances de survies sont de plus de 50%.

Chez le chien adulte, la maladie est souvent asymptomatique et sans conséquences. Néanmoins, certains chiens adultes peuvent développer des formes sévères semblables à celles du chiot.

Le pronostic vital de l’animal est alors engagé et, comme chez le chiot, seul un traitement administré en urgence peut lui offrir des chances de survie raisonnables.

À noter que les chiens adultes étant souvent asymptomatiques, ce sont eux qui risquent de contaminer les chiots susceptibles de développer des formes sévères et mortelles du typhus.

En cas de typhus intestinal, le traitement de première intention cherche à contrôler les symptômes et comprend des antibiotiques pour tenter d’enrayer la prolifération bactérienne dans l’organisme de l’animal, rendue possible par la perméabilité intestinale et la faiblesse immunitaire causée par le virus.

Le traitement symptomatique vise essentiellement à éviter que le chien ne déshydrate et ne succombe à une hypovolémie (déficit de sang) à force de diarrhées et vomissements hémorragiques, à calmer la douleur et à faire baisser la fièvre.

En fonction des symptômes manifestés par l’animal, qui peuvent varier selon les organes touchés par les bactéries ayant franchi la barrière intestinale, différentes thérapies peuvent être envisagées.

Il est, en revanche, impossible d’éliminer le virus responsable du typhus du chien. Les traitements ne peuvent donc que cibler ses conséquences. Un antiviral peut toutefois être prescrit pour tenter de ralentir la réplication du virus, mais ce type de thérapie s’avère onéreuse et n’est pas toujours efficace.

Il n’existe pas de traitement pour la forme cardiaque du typhus du chien, qui provoque la mort du chiot quelques minutes après l’apparition des premiers symptômes.

Cette dernière, fulgurante, est généralement diagnostiquée trop tard – voire post mortem – pour pouvoir tenter quoi que ce soit.

Prévention du typhus du chien

Heureusement, on peut prévenir le typhus du chien avec une grande efficacité : et pour cause, il existe un vaccin, dérivé de celui utilisé pour lutter contre le typhus du chat.

On entend souvent parler de ce vaccin dans de mauvais termes, et ce chez les profanes comme chez les vétérinaires expérimentés, certains professionnels de la santé du chien n’hésitant pas à le qualifier d’inefficace.

Il est fortement recommandé de ne pas vous laisser berner par ces rumeurs qui trouvent leurs fondements dans une mauvaise utilisation de ce produit, et d’insister pour faire vacciner votre chien envers et contre tout, dans les règles de l’art.

Pour comprendre la polémique qui entoure le vaccin contre le typhus du chien, il faut savoir que si la mère d’un chiot a été vaccinée, elle lui transmettra ses anticorps qui le protégeront contre cette maladie jusqu’à ses 6 à 8 semaines.

Au-delà de 8 semaines, on considère que le chiot n’est plus protégé contre le typhus, mais, pour autant, les anticorps de la chienne sont toujours présents dans son organisme jusqu’à ses 12 à 16 semaines.

Ce sont ces anticorps, devenus inutiles, qui posent problème. Entre la 8ème et la 16ème semaine du chiot, ils ne le protègent plus contre le typhus, mais ils conservent la propriété d’inhiber les effets du vaccin, le rendant inefficace.

Pour que le vaccin soit efficace chez le chiot dont la mère a été vaccinée, il faut donc attendre sa 16ème semaine de vie avant de le lui administrer. Chez les chiots dont la mère n’a pas été vaccinée, la question ne se pose pas et le chiot peut être efficacement vacciné dès ses 8 semaines.

Aujourd’hui, cette problématique n’est que rarement prise en compte par les vétérinaires, et les vaccinations ne respectant pas ce calendrier sont légion, ce qui nuit grandement à la réputation de ce vaccin, pourtant bel et bien performant.

Questions fréquemment posées par les maîtres sur le typhus du chien

Qu’est-ce que le typhus du chien ?

Le typhus du chien est une maladie grave, provoquée par un virus très contagieux, dont le véritable nom est Parvovirose canine.

On appelle parfois la Parvovirose canine « typhus du chien », car, dans son caractère épidémique et léthal, elle ressemble au typhus de l’humain.

Quelle est la différence entre la Parvovirose canine et le typhus du chien ?

Aucune, l’appellation « typhus du chien » désigne la Parvovirose canine, par analogie avec le typhus de l’humain qui présente les mêmes caractères ravageurs, bien qu’il s’agisse d’une maladie tout à fait différente.

Il est plutôt rare de parler de typhus du chien en France, et on préfère généralement parler de Parvovirose canine ou CPV2. Le terme reste cependant utilisé dans d’autres pays, notamment en Belgique.

Existe-t-il un vaccin contre le typhus du chien ?

Oui, et il est efficace malgré ce que l’on entend volontiers dire un peu partout. Il doit cependant être administré en respectant un calendrier précis chez le chiot dont la mère est également vaccinée, sans quoi les anticorps transmis par cette dernière le rendront inopérant.

Le typhus du chien est-il contagieux ?

Oui, le typhus du chien est une maladie extrêmement contagieuse, qui peut causer de véritables épidémies.

La contamination va souvent très vite dans les lieux où on trouve une forte densité de chien, notamment les chenils, les élevages et les refuges.

Le typhus du chien est-il mortel ?

En l’absence de traitement, le typhus est souvent mortel dès que des symptômes sévères apparaissent (diarrhées hémorragiques, vomissements importants, fièvre, etc.).

Néanmoins, la plupart des chiens adultes ne développent pas de symptômes et vivent normalement avec le virus présent dans leur organisme tout au long de leur vie : ce sont des porteurs sains du virus, qui restent contagieux.

Chez le chiot, les porteurs sains sont rares, et les jeunes animaux développent généralement les formes les plus graves, mortelles dans 90% des cas sans traitement.

Peut-on soigner le typhus du chien ?

Il est impossible d’éliminer le virus de l’organisme de l’animal, mais on peut mettre en place un traitement symptomatique pour soigner les conséquences du virus sur la santé du chien, et notamment enrayer les infections bactériennes systémiques, causes majeures de décès.

Néanmoins, le succès du traitement est étroitement lié à sa précocité : il doit être administré dès les prémices de la maladie pour offrir un bon pronostic. Diagnostiquée trop tard, la maladie est souvent létale chez le chien présentant des symptômes sévères.

La vaccination systématique est le meilleur moyen d’enrayer les épidémies de typhus du chien, ou Parvorvirose canine, une maladie toujours commune, très contagieuse et souvent mortelle chez le chiot.


Si votre toutou est un adulte en bonne santé, ne négligez pas pour autant l’importance de le vacciner contre la Parvovirose canine, bien que la maladie soit rarement létale chez le chien adulte.

Votre animal pourrait contracter le virus et en devenir un porteur sain, risquant de contaminer des chiots qui ne peuvent pas encore être vaccinés, et chez qui la maladie prend généralement une forme sévère.

Il vous reste des questions sur le typhus du chien ? Posez-les-nous en commentaire de cet article !

Derniers mots et recommandations importantes

Aimer et éduquer son chien c'est aussi le protéger contre les aléas de la vie. C'est pourquoi je vous recommande vivement de souscrire à une assurance santé pour chien dès que possible. Cela vous évitera des frais de vétérinaires astronomiques en cas d'accident ou maladie.

J'ai placé, ci-dessous, un comparateur d'assurances totalement gratuit que j'ai moi-même personnalisé.

Vous y trouverez les meilleures offres du marché, à partir de 3,90€ par mois.