CaniprofComportement du chienChien amorphe : Pourquoi ce comportement ? Causes ? Solutions ?

Chien amorphe : Pourquoi ce comportement ? Causes ? Solutions ?

Un chien amorphe peut inquiéter ses maîtres, à raison puisque tout changement de comportement chez nos compagnons à quatre pattes peut être évocateur d’un problème de santé.

L’énergie et l’appétit du chien sont en effet des indicateurs de santé centraux, et un chien qui semble soudain fatigué cache généralement quelque chose de grave.

Aujourd’hui, je vous propose d’apprendre à reconnaître un chien amorphe et à déterminer la bonne attitude à adopter lorsque votre toutou change brusquement de comportement.

Un chien amorphe, c’est quoi ?

Un chien amorphe est un toutou qui manque d’énergie. Pour faire simple, le terme d’amorphe signifie littéralement « sans forme ». Lorsque l’on attribue un être vivant, il signifie davantage « sans réaction » et « sans énergie ».

Dans le jargon vétérinaire, on peut utiliser les termes d’apathie, d’abattement ou de prostration pour désigner un chien amorphe.

L’apathie correspond à un état d’indifférence émotionnelle dans lequel le chien semble incapable de réagir à son environnement, à son maître et à différentes stimulations.

Il ne s’agit pas d’une maladie, mais d’un symptôme qui peut traduire un mal-être tant physique que psychologique.

L’abattement correspond davantage à un épuisement physique ou psychique qui engendre un état de faiblesse générale.

Comme l’apathie, l’abattement est un symptôme qui peut avoir des causes variées. Dans la plupart des cas, l’abattement trouve plutôt ses causes dans un trouble physique, qui occasionne des douleurs ou des gênes décourageant l’animal de se mouvoir ou le fatiguant moralement.

La prostration est un état d’abattement extrême qui se caractérise par une grande immobilité, consécutive à un effondrement des fonctions musculaires. Le chien reste alors couché, sans se lever et sans bouger.

La prostration survient typiquement en cas de problème grave chez le chien, mais elle peut également accompagner des pathologies bénignes.

Bien souvent, un chien amorphe présent également une dysorexie, c’est-à-dire un trouble de l’appétit. On constate généralement une hyporexie, manque d’appétit, ou une anorexie, absence totale appétit.

En cas d’anorexie, le chien cesse totalement de manger ce qui accroît son état de faiblesse et accélère la détérioration de son état.

L’hyporexie peut, elle, passer inaperçue surtout lorsqu’elle est peu marquée. Le maître peut remarquer un amaigrissement de son animal sur le long terme, ou s’apercevoir que son toutou ne finit plus ses gamelles comme avant.

De manière générale, on considère que les troubles de l’appétit sont des facteurs aggravants chez le chien amorphe.

Banniere assurances chien


Mon chien est amorphe, pourquoi ?

Un chien amorphe est presque toujours tracassé par quelque chose, et si cette chose le plonge dans un état d’abattement ou d’apathie profond, c’est qu’elle est forcément grave, au moins à ses yeux.

Avant d’essayer de deviner pourquoi votre chien est amorphe, il est essentiel de noter que cet état n’est surtout pas à prendre à la légère chez nos compagnons à quatre pattes.

Tout changement de comportement signale en effet un problème qui peut être très sérieux, et trop tarder avant de vous rendre chez un vétérinaire peut drastiquement assombrir le pronostic de votre toutou.

Aussi, si l’état de santé de votre chien vous semble critique, ou si vous ne souhaitez prendre aucun risque, la meilleure chose à faire est de contacter au plus vite un vétérinaire pour obtenir rapidement un diagnostic fiable et mettre en œuvre un traitement adapté si besoin.

Notez que si votre chien est prostré, c’est-à-dire couché et très immobile (et non juste un peu mollasson), il est probable que son état relève d’une urgence vétérinaire absolue.

Mon chien est apathique, il est déprimé

Si votre chien est apathique, qu’il semble se désintéresser de tout, de son environnement, de son maître, de ses éventuels congénères et même de ses gamelles, il est possible qu’il soit déprimé.

En effet, si on pourrait penser que la déprime et la dépression sont des pathologies typiquement humaines, il n’en est rien, et nos amis les chiens sont, eux-aussi, capables de ressentir une grande détresse émotionnelle.

Par ailleurs, la détresse émotionnelle peut être à l’origine d’un mal-être conséquent chez le chien et se solder par de graves problèmes de santé.

Aussi, ne soufflez pas de soulagement en découvrant que votre chien est amorphe « juste » parce qu’il est déprimé : ce n’est certes pas une urgence vétérinaire, mais cet état ne doit certainement pas être pris à la légère !

Chez le chien, la dépression est souvent occasionnée par un environnement et/ou un mode de vie qui sont source d’angoisse à ses yeux.

Malheureusement, l’anxiété est un trouble extrêmement pernicieux chez le chien, très difficile à déceler, et dont beaucoup de maîtres ne soupçonnent pas l’existence chez leur compagnon à quatre pattes.

Une étude finlandaise, considérée comme la plus grande jamais menée sur le comportement canin (plus de 13 000 réponses englobant 264 races de chiens), a en effet permis de déterminer que 72.5% des chiens sont anxieux et souffrent de détresse émotionnelle. (1)

Si votre animal vous semble déprimé, il convient donc de vous questionner sur l’environnement et le mode de vie que vous lui offrez.

Bénéficie-t-il de suffisamment d’activité physique ? Peut-il exercer un sport qui lui convient ? Dans un environnement stimulant ? En liberté ? Prenez-vous le temps de le stimuler intellectuellement chaque jour ?

La stimulation intellectuelle, par trop négligée, est un aspect très important du bien-être des chiens dont le manque peut vite conduire à une détresse émotionnelle.

En effet, les chiens comme les humains ont besoin de réfléchir et d’exercer leur flair, leur ouïe et leur vue, tout autant que leurs muscles. L’absence d’activité intellectuelle peut être dévastatrice, notamment chez les chiens particulièrement éveillés (Caniche et chiens de berger, par exemple).

Un changement dans le quotidien de votre animal peut aussi l’angoisser profondément. Si votre toutou est amorphe après avoir déménagé, ou à la suite d’un changement dans la composition de votre foyer (décès, mariage, naissance, séparation…), cette piste mérite sans conteste être étudiée.

Enfin, une éducation brutale, violente ou tout simplement maladroite, peut grandement mettre à mal son équilibre psychologique.

Bien des maîtres novices mettent, sans le savoir, régulièrement leur chien dans des situations d’échecs, ce qui les conduit à le réprimander sans que l’animal ne puisse comprendre pourquoi.

Cela arrive, par exemple, lorsqu’un chien n’obéit pas au rappel alors que l’ordre est lancé à tort et à travers, ou quand un maître « test » l’obéissance de son chien en l’incitant à faire face à une tentation susceptible d’induire une désobéissance.

S’il vous paraît plausible que votre animal soit déprimé ou anxieux, vous pouvez vous tourner vers un éducateur ou un professionnel du comportement canin qui pourra vous aiguiller sur les pistes à étudier pour redonner à votre compagnon sa joie de vivre.

Une visite vétérinaire reste toutefois hautement recommandée en premier lieu pour écarter toute cause physique avant de vous intéresser à la psychologie de votre chien.

Si une détresse émotionnelle se cache souvent derrière une apathie inexpliquée, il convient de noter que cet état peut également être le signe d’une maladie ou d’une blessure grave. (2)

Mon chien est abattu, il est malade ou blessé

Un chien abattu, qui présente une faiblesse générale et/ou une grande fatigue, souffre généralement d’une maladie ou d’une blessure, potentiellement grave.

L’observation de symptômes annexes peut être extrêmement révélatrice, mais les constatations du maître ne se substituent jamais à une visite vétérinaire pour poser un diagnostic définitif.

En effet, les atteintes pouvant être à l’origine d’un abattement chez le chien sont extrêmement variées : pour faire simple, toutes les maladies existantes chez le chien peuvent provoquer un abattement, et il en va de même avec toutes les blessures, qu’il s’agisse d’un petit bobo ou d’une hémorragie interne.

Un chien abattu peut donc aussi bien souffrir de diabète ou d’un cancer que d’une gastro-entérite, avoir une épine dans la patte ou s’être fait percuter par une voiture.

Notons que la fièvre se traduit typiquement par un abattement. Si votre toutou se laisse manipuler, il est donc de bon ton de prendre sa température rectale à l’aide d’un thermomètre à embout souple.

Un chien en bonne santé présente généralement une température corporelle allant de 38°C à 39°C. Au-delà de 39°C, on peut considérer qu’il a de la fièvre, et au-delà de 41°C il est en hyperthermie et est probablement victime d’un coup de chaleur.

Toutefois, l’absence de fièvre ne signifie pas que votre chien n’est pas malade ou blessé. Cette indication s’avère surtout utile pour évaluer la gravité de l’état de santé de votre chien.

Mon chien est prostré, il est en danger

Si votre chien demeure prostré, étendu sur le sol et immobile ou presque, ses jours sont certainement en danger immédiat.

Dans cette situation, il est essentiel de ne pas perdre de temps et de contacter rapidement les urgences vétérinaires les plus proches de chez vous pour les prévenir de votre arrivée imminente.

À nouveau, les pathologies pouvant engendrer une prostration chez le chien sont légion, et il serait impossible de toutes les présenter dans un article.

Toutefois, une telle détérioration de l’état de santé général de l’animal est généralement révélatrice d’un problème critique qui engage le pronostic vital de l’animal.

Un traumatisme ayant causé des dommages internes importants ou des lésions nerveuses, comme une infection ayant dégénéré jusqu’au choc septique, peut être suspecté.

Il est également possible qu’un des organes internes de l’animal ait cessé de fonctionner. Une insuffisance hépatique ou rénale sévère, une obstruction des voies respiratoires se soldant par une syncope ou un cancer en phase terminale sont autant de causes à considérer.


Un élément souvent oublié dans le processus d’éducation

Éduquer son animal c’est bien, mais il faut aussi impérativement penser à protéger son chien contre les aléas de la vie.

Pour ça, pensez à souscrire à une assurance pour votre chien. Vous pouvez utiliser ce comparateur gratuit pour comparer les différentes offres.


Questions fréquemment posées sur le chien amorphe

Mon chien est amorphe, est-ce grave ?

Un chien amorphe est toujours accablé par quelque chose, mais cela ne relève heureusement pas toujours d’une urgence vétérinaire absolue.

La gravité de son état peut être estimée au regard de son degré d’abattement : s’il est apathique, c’est-à-dire semble désintéressé par tout ce qui l’entoure sans présenter aucun autre symptôme, il est possible de patienter avant de prendre rendez-vous chez un vétérinaire.

En revanche, s’il est prostré, restant étendu au sol sans bouger ou presque, il est hautement recommandé de le conduire aux urgences vétérinaires sans attendre.

Mon chien est amorphe, est-il malade ?

Il est très probable que votre chien amorphe soit malade, le manque d’énergie étant généralement révélateur d’un problème de santé psychique ou psychologique.

Si le chien est très abattu, il convient de consulter un vétérinaire sans attendre. Si votre toutou est modérément apathique, mais que son état perdure plus de 48 heures, il est aussi fortement conseillé de contacter un vétérinaire.

Comment savoir si mon chien est amorphe ?

Il n’y a pas une définition précise de l’état amorphe chez le chien, et tout chien apathique, abattu, fatigué, faible, manquant d’entrain ou triste, peut être qualifié d’amorphe. En définitive, ce qui doit alerter le maître, c’est un changement par rapport au comportement habituel animal.

Aussi, si votre toutou est d’un naturel paresseux, il n’est pas forcément inquiétant de le voir lézarder toute la journée sur un coussin. En revanche, si votre compagnon est une boule d’énergie, une soudaine tristesse est plus problématique.

Mon chien est amorphe, que faire ?

Une modification dans le comportement de votre animal est presque toujours le signe qu’il couve quelque chose, que ce soit un mal-être émotionnel ou un trouble physique.

Si votre chien est amorphe, il est chaudement recommandé de le conduire chez un vétérinaire qui fera un bilan de santé et posera un diagnostic définitif.

Notez que si votre chien souffre d’une quelconque pathologie, une prise en charge précoce lui offrira toujours un meilleur pronostic.

Voir votre chien manquer subitement d’entrain est un motif solide pour consulter un vétérinaire et procéder à un bilan de santé afin de rechercher la cause de ses tracas.


Un changement soudain de comportement chez le chien est en effet toujours motivé par des soucis qui méritent d’être résolus pour assurer le bien-être de votre compagnon, et ce même lorsqu’ils n’engagent pas son pronostic vital.

Votre chien est déprimé, et vous ne savez pas comment l’aider ?

Derniers mots et recommandations importantes

Aimer et éduquer son chien c'est aussi le protéger contre les aléas de la vie. C'est pourquoi je vous recommande vivement de souscrire à une assurance santé pour chien dès que possible. Cela vous évitera des frais de vétérinaires astronomiques en cas d'accident ou maladie.

J'ai placé, ci-dessous, un comparateur d'assurances totalement gratuit que j'ai moi-même personnalisé.

Vous y trouverez les meilleures offres du marché, à partir de 3,90€ par mois.