CaniprofSanté du chienÉpillet chez le chien : attention danger !

Épillet chez le chien : attention danger !

L’épillet n’est ni une maladie ni un parasite du chien, mais une petite graine de graminée que l’on rencontre un peu partout dans la nature.

Si elle peut sembler inoffensive, cette graine a le pouvoir de pourrir la vie de votre chien et de lui causer de graves problèmes de santé.

Pourtant, l’épillet n’est pas toxique pour nos compagnons à quatre pattes. Son action est plus pernicieuse : il se loge dans les orifices du chien, causant des dommages considérables aux tissus qu’il accroche. 

L’épillet chez le chien, c’est quoi ?

Un épillet est une graine de graminée (herbe, blé, orge, etc.) semblable a un petit épi. Surnommé le voyageur, l’épillet a la faculté de s’accrocher aux surfaces adhérentes, comme les textiles et la fourrure des animaux, et de voyager dans l’organisme de son porteur.

Une fois sec, il devient particulièrement agrippant et est doté de petites arêtes qui l’empêchent de faire demi-tour.

Un épillet progresse donc toujours dans une seule direction, et, comme si cela ne suffisait pas, s’avère capable de perforer les tissus organiques grâce à son extrémité pointue.

Du fait de ces caractéristiques, les épillets représentent de véritables dangers pour nos compagnons à quatre pattes, qu’il est important de ne surtout pas négliger.

Leur petite taille leur permet de se faufiler n’importe où, et si les oreilles, le nez, les glandes anales et la peau du chien sont ses premières victimes, il peut aussi atteindre les poumons et d’autres tissus profonds, nécessitant alors une intervention chirurgicale – lorsqu’elle est possible.

Les épillets sévissent surtout vers la fin du printemps et l’été, et ce sur tout le territoire français et dans la plupart des pays du monde.

Les épillets estivaux, bien secs, sont considérés comme plus dangereux que ceux que l’on croise au printemps, encore verts et moins adhérents.

Banniere assurances chien


Principaux risques liés aux épillets chez le chien

L’épillet mérite parfaitement son surnom de voyageur : il avance relativement vite, toujours dans le même sens, toujours plus profond, et peut, de fait, réaliser des trajets impressionnants sur et dans l’organisme du chien.

Si la crainte majeure des maîtres est de le voir s’introduire dans un orifice du chien, il faut noter que l’épillet n’a nul besoin d’une entrée grande ouverte pour s’enfoncer dans le corps de l’animal.

Lorsque sa pointe bute contre la peau du chien, il finit par la perforer comme une petite épine, et continue sa route en gardant son cap, toujours droit devant.

Une fois logé dans les tissus du chien, il va sans dire que l’épillet est susceptible de causer divers problèmes de santé propres aux tissus et organes atteints.

Le plus souvent, un épillet provoque des lésions qui tendent à s’infecter, quel que soit le site où il se loge. L’infection bactérienne, qui engendre un abcès puis, en l’absence de soins, une nécrose des tissus, une septicémie et, dans les cas sévères, la mort, est le phénomène le plus couramment causé par les épillets.

Outre le risque d’infection, les lésions locales peuvent laisser des séquelles irréversibles aux tissus atteints. Ainsi, un épillet dans l’œil peut perforer le globe oculaire et provoquer une cécité définitive.

Lorsque les épillets sont inhalés, ils sont fréquemment à l’origine de pneumonies qui engagent le pronostic vital du chien.


Symptôme de la présence d’épillet dans le corps du chien

Les symptômes qu’un chien peut manifester lorsqu’un épillet entre dans son organisme varient en fonction de la localisation de ce corps étranger.

Il est important de noter qu’il n’y a pas de parties du corps du chien où la présence d’un épillet est moins grave qu’ailleurs.

Même si certaines localisations permettent de l’ôter très facilement, il est indispensable de l’enlever immédiatement, sans quoi il continuera fatalement sa route vers des tissus plus profonds.

S’en débarrasser sera alors beaucoup plus complexe – voire impossible, et les dommages qu’il peut causer risquent d’être d’autant plus graves.

Épillets dans l’oreille chez le chien

Les épillets se faufilent régulièrement dans les oreilles des chiens, c’est même l’un des sites les plus souvent atteints par ce petit voyageur.

Lorsqu’il s’accroche sur les poils proches de l’oreille du chien, un épillet a de grandes chances de remonter jusqu’au canal auditif, dans lequel il peut s’enfoncer profondément, progressant jusqu’au tympan et pouvant perforer celui-ci.

Un chien qui a un épillet dans l’oreille a tendance à se gratter, secouer la tête, frotter son oreille au sol ou contre différentes surfaces… Il peut aussi garder la tête penchée, ou positionner son oreille de manière inhabituelle.

Selon son caractère, il peut aussi se plaindre avec insistance auprès de son maître ou, au contraire, se faire discret. Lorsque l’épillet n’est pas retiré très tôt, les complications sont fréquentes, notamment les otites.

Épillets dans le nez chez le chien

Les chiens aimant par-dessus tout renifler leur environnement, il n’est pas rare qu’un épillet se faufile dans une de leurs narines.

Le chien va alors éternuer, secouer la tête, renifler et, très souvent, se mettre rapidement à saigner du nez. Des écoulements incolores peuvent aussi survenir.

Il est important d’ôter rapidement un épillet logé dans la narine d’un chien, sans quoi il peut atteindre les voies respiratoires et les poumons, risquant de provoquer des infections sévères.

Épillets dans les yeux chez le chien

Un épillet dans les yeux n’est pas aussi facile à remarquer qu’on pourrait le croire : la graine peut vite se cacher sous la paupière ou dans les recoins de la conjonctive, laissant le maître dubitatif quant aux causes des tracas oculaires de son chien.

Typiquement, l’animal va cligner des yeux, se gratter, larmoyer, puis garder l’œil complètement fermé. Si l’épillet n’est pas rapidement ôté, il peut perforer l’œil ou engendrer de graves ulcérations de la conjonctive et/ou de la cornée.

Épillets entre les doigts du chien

Les épillets s’accrochent volontiers sur les poils des pattes de nos fidèles compagnons. Ils risquent alors de se faufiler entre les orteils et de percer la peau pour continuer leur chemin à l’intérieur du membre.

Le chien va avoir tendance à se gratter, se mordre la patte, à boiter et à manifester des signes de douleurs relativement évidents.

Le point d’entrée de l’épillet étant externe, on peut parfois voir à l’œil nu un orifice enflammé et/ou infecté, potentiellement enflé, sanguinolent et purulent.

Épillets dans les parties génitales du chien

Les parties génitales du chien ne sont pas non plus à l’abri d’un épillet voyageur qui s’y faufilerait après s’être accroché aux poils avoisinants.

Le chien aura tendance à manifester son inconfort ou sa douleur en se léchant intensément, en tournant sur lui-même comme pour avoir une meilleure visibilité sur son arrière-train et en faisant le « traineau », comportement qui consiste à se gratter les fesses en les trainant au sol.

Les épillets qui s’introduisent dans l’organisme du chien par ses voies génitales peuvent rapidement progresser à travers les tissus internes, laissant de graves lésions sur leur passage.

Épillets dans les glandes anales et le rectum du chien

Les glandes anales et le rectum du chien ne sont pas non plus à l’abri d’une attaque d’épillets, ces derniers pouvant remonter le long des pattes de l’animal en s’accrochant à ses poils.

Une impaction ou une inflammation des glandes anales risque de survenir, que le chien manifestera par un léchage intensif de son arrière-train, en faisant le traineau et/ou en tournant sur lui-même.

L’épillet peut perforer les sacs anaux du chien, provoquer des abcès et voyager facilement dans les tissus internes de l’animal s’il n’est pas vite retiré.

Épillets dans la peau et les tissus internes du chien

L’épillet n’a pas forcément besoin d’un orifice pour s’introduire dans l’organisme du chien. Il peut perforer la peau et y rester logé, ou continuer sa route dans les tissus profonds (muscles, graisse et organes).

En cas d’abcès cutané, le maître peut remarquer une inflammation locale, souvent rouge, enflée, parfois sanguinolente et purulente si l’abcès se perce.

Lorsque l’épillet se trouve dans l’organisme du chien, il peut provoquer une grande variété de symptômes. On observera le plus souvent les signes d’une infection : fièvre, abattement, douleur, anorexie… (1)

Comment faire face aux frais vétérinaires en cas de maladie ou accident ?

Pour éviter les frais de santé élevés, je vous conseille vivement de vous pencher sur les assurances pour chiens.

Pour trouver l’offre qui vous correspond le mieux et au meilleur prix, vous pouvez ce comparateur gratuit qui vous permettra d’économiser jusqu’à 60% sur vos frais.


Traitement et pronostic de l’épillet chez le chien

Certains épillets peuvent être ôtés facilement lorsqu’ils ne se sont pas encore enfoncés trop loin dans les tissus internes du chien.

Une simple pince à épiler peut faire l’affaire, mais le chien doit parfois être sédaté si l’opération est délicate, comme dans le cas d’un épillet enfoncé profondément dans une narine.

Lorsque le voyageur indésirable s’est enfoncé plus profondément, une intervention chirurgicale est inévitable, à condition qu’elle soit possible.

En effet, rien ne sert de soigner les complications provoquées par un épillet s’il continue sa route dans l’organisme du chien et cause de nouveaux dommages.

La difficulté majeure est alors de localiser l’épillet, qui a pu voyager loin de son orifice d’entrée. Une radiographie, fibroscopie et/ou échographie est parfois nécessaire pour débusquer l’élément perturbateur.

Selon le mode d’imagerie médicale privilégié, il est possible de visualiser directement l’épillet (fibroscopie et échographie) ou seulement le site enflammé (radiographie), sans avoir la certitude que le voyageur s’y trouve bel et bien.

Lorsque l’épillet peut être ôté tôt, avant une migration profonde, le pronostic du chien est excellent. En revanche, quand une chirurgie est requise et que l’épillet a déjà provoqué des complications, le pronostic vital du chien est généralement engagé.

De fait, on préféra prévenir que guérir, notamment en tondant sa pelouse l’été, en évitant de laisser son chien farfouiller dans les champs de graminées et en tondant les poils proches du canal auriculaire des toutous aux oreilles tombantes.

Questions fréquemment posées sur l’épillet chez le chien

Comment savoir si mon chien a un épillet ?

La présence d’un épillet dans l’organisme du chien ne provoque pas de symptômes réellement spécifiques, l’animal manifestant des signes de douleurs et d’inconforts pouvant être liés à n’importe quel type d’affection locale.

Le contexte est un aspect important à prendre en compte : si votre chien se lèche intensivement, se gratte, secoue la tête, éternue ou manifeste d’autres signes de douleur ou de gêne après une promenade dans la nature au printemps ou l’été, la piste de l’épillet mérite d’être explorée.

Mon chien a un épillet, est-ce grave ?

La gravité de la présence d’un épillet dans un orifice ou dans l’organisme du chien dépend du stade de sa migration. S’il n’est pas encore profondément enfoncé dans les tissus de l’animal, il pourra souvent être ôté facilement et ne laissera probablement pas de séquelles.

S’il est déjà loin dans les tissus profonds du chien ou a provoqué une infection sévère, le pronostic du chien est plus réservé.

Comment enlever un épillet sur un chien ?

Si vous pouvez voir l’épillet à l’œil nu alors qu’il se trouve sur le pelage ou la peau du chien, ou dans un de ses orifices, vous pouvez tenter de l’ôter délicatement à l’aide d’une pince à épiler.

Si le chien s’agite, la meilleure chose à faire est de le conduire chez un vétérinaire qui pourra sédater l’animal pour enlever l’épillet sans le casser.

Comment éviter que des épillets aillent sur mon chien ?

Il est important d’éviter les zones à risque quand vous promenez votre chien l’été ou en fin de printemps pour ne pas l’exposer aux « attaques » d’épillets. Entretenez votre jardin, et ne laissez pas votre animal farfouiller dans les champs de graminées.

Il est également recommandé de tondre les poils auriculaires des chiens aux oreilles tombantes, et une inspection générale du pelage et des orifices de votre toutou après chaque promenade est un bon moyen d’ôter d’éventuels épillets avant qu’ils ne provoquent de dégâts.

Les épillets sont de véritables fléaux pour nos amis à quatre pattes qui aiment tant s’ébattre dans les champs de graminées quand arrivent les beaux jours.

Pour éviter les problèmes, il est important d’être très vigilant lorsque l’on promène son chien dans des zones à risque durant la belle saison.


En inspectant soigneusement votre toutou au retour de balade à la recherche d’épillets voyageurs et en vous montrant attentif aux signes précoces d’inconfort ou de douleurs qu’il pourrait manifester, vous avez de grandes chances d’éviter les migrations dévastatrices et les complications sévères.

Vous avez encore quelques questions sur les épillets chez le chien ? Posez-les-nous en commentaire de cet article !

Derniers mots et recommandations importantes

Aimer et éduquer son chien c'est aussi le protéger contre les aléas de la vie. C'est pourquoi je vous recommande vivement de souscrire à une assurance santé pour chien dès que possible. Cela vous évitera des frais de vétérinaires astronomiques en cas d'accident ou maladie.

J'ai placé, ci-dessous, un comparateur d'assurances totalement gratuit que j'ai moi-même personnalisé.

Vous y trouverez les meilleures offres du marché, à partir de 3,90€ par mois.