CaniprofSanté du chienDysplasie rénale du chien : Causes, Symptômes, Traitements

Dysplasie rénale du chien : Causes, Symptômes, Traitements

La dysplasie rénale du chien est une malformation des reins, généralement d’ordre héréditaire, qui peut être à l’origine d’une insuffisance rénale chronique.

Il n’existe pas de traitement permettant de redonner aux reins leur qualité originelle, mais il est, en revanche, parfois possible de contrôler durablement les conséquences de la dysplasie rénale sur la santé du chien pour ralentir la progression de la maladie et améliorer sa qualité de vie.

De ce fait, il demeure important de diagnostiquer la dysplasie rénale du chien au plus tôt afin de la prendre en charge précocement, avant que sa santé n’en pâtisse.

La dysplasie rénale du chien, c’est quoi ?

La dysplasie rénale du chien, aussi nommée dysplasie rénale juvénile, est une pathologie congénitale qui se traduit par une malformation (dysplasie) des reins.

Elle survient lorsque les reins ne se développent pas correctement au cours de la croissance du chien, les premiers signes de la maladie apparaissant la plupart du temps entre les 4 mois et 2 ans de l’animal.

Le parenchyme rénal (tissus assurant le fonctionnement de l’organe) croit de manière désorganisée, toutes les zones de l’organe ne se développant pas au même rythme, et certains tissus ne mûrissant pas.

La sévérité de la maladie dépend de la quantité de tissus malformés. Dans les cas graves, lorsqu’une zone conséquente des reins est touchée, le chien développe très tôt une insuffisance rénale chronique invariablement mortelle.

En revanche, lorsqu’une infime partie de tissus rénaux est atteinte de dysplasie, ou lorsqu’un seul rein est affecté – ce qui demeure rarissime – le chien peut ne présenter aucun symptôme tout au long de sa vie.

La dysplasie rénale du chien a été décrite chez de nombreuses races, mais semble particulièrement répandue chez le Lhassa Apso et le Shih Tzu. (1)

Banniere assurances chien


Causes

Dans la majorité des cas, la dysplasie rénale du chien semble être d’ordre héréditaire, c’est-à-dire transmise par les gènes.

C’est une affection congénitale, c’est-à-dire que le chien naît avec des reins d’ores et déjà malformés, qui ne suivront pas le développement de son organisme par la suite, aggravant ainsi le problème durant la croissance de l’animal.

Toutefois, certaines études mettent également en avant la possible influence de facteurs environnementaux, déclencheurs ou favorisant.

Une infection par le virus de l’Herpès Canin chez la chienne durant la gestation pourrait notamment altérer le développement fœtal, tout comme l’exposition à certaines toxines.

Une infection, bactérienne, virale ou parasitaire, ou un traumatisme des tissus fœtal pourraient aussi entrer en jeu, bien que ces théories restent, pour l’heure, hypothétiques.


Symptômes de la dysplasie rénale

Les symptômes de la dysplasie rénale du chien sont ceux de l’insuffisance rénale chronique. Ils apparaissent généralement seulement lorsqu’une certaine quantité de tissus ne fonctionne pas ou plus (environ 10% à 15% des reins).

Typiquement, un des premiers signes cliniques que l’on peut observer est la polyuro-polydypsie, qui consiste en une prise de boisson exacerbée et une élimination d’urines inhabituellement fréquente.

Toutefois, ce type de symptômes n’est pas toujours évident à déceler, puisque cela implique d’apporter une attention particulière à la quantité d’eau que le chien boit quotidiennement et à la fréquence à laquelle il fait ses besoins en temps normal.

Malgré une prise de boisson exacerbée, le chien souffrant d’insuffisance rénale chronique a tendance à être déshydraté, ce que le maître peut constater de deux manières : par la technique du pli de la peau, et par celle du Temps de Recoloration Capillaire (TRC).

De fait, la déshydratation du chien se manifeste par un assèchement des muqueuses, qui deviennent collantes, et par une perte d’élasticité de la peau.

Le test du pli de la peau consiste à pincer la peau de son chien pour former un pli. Dès que vous relâchez ce pli, la peau de votre chien doit immédiatement reprendre sa position. Tout délai indique une déshydratation.

Le test du Temps de Recoloration Capillaire est un peu moins pratique à effectuer, mais plus précis. Il convient de soulever la babine de votre chien pour presser du bout du doigt sa gencive, afin d’écraser doucement ses vaisseaux sanguins, ce qui interrompt localement la circulation sanguine.

Relâchez immédiatement votre doigt, qui va laisser une empreinte blanche fugace. Si cette empreinte reste imprimée sur la gencive de votre chien plus de 2 secondes, il est déshydraté.

Enfin, il est également possible d’observer des symptômes non spécifiques en cas d’insuffisance rénale chronique. Le chien peut être abattu, fatigué, maigrir et présenter des troubles digestifs tels que des vomissements et/ou des diarrhées.

Parfois, le chien manifeste des signes de douleur au niveau des reins, soit lorsqu’on le caresse, soit lors de ses déplacements.

Des ulcères buccaux et une anémie, qui rend les muqueuses de l’animal particulièrement pâles, sont également des symptômes pouvant orienter vers une dysplasie rénale.

Comment faire face aux frais vétérinaires en cas de maladie ou accident ?

Pour éviter les frais de santé élevés, je vous conseille vivement de vous pencher sur les assurances pour chiens.

Pour trouver l’offre qui vous correspond le mieux et au meilleur prix, vous pouvez ce comparateur gratuit qui vous permettra d’économiser jusqu’à 60% sur vos frais.


Traitement et pronostic

Il n’existe pas de traitements permettant de redonner leur forme originale à des reins dysplasiques, ni de greffer à votre toutes des organes tout neufs – les greffes d’organes sont encore des chirurgies très anecdotiques chez les animaux.

Toutefois, tout espoir n’est pas perdu, et il est possible d’offrir à votre animal un traitement qui améliorera son confort de vie et sera à même de ralentir la progression de la maladie.

Ce type de traitement palliatif est parfois suffisamment efficace pour que le chien puisse vivre normalement tout au long de sa vie, notamment lorsqu’il souffre d’une dysplasie rénale légère ou modérée.

Un traitement médicamenteux visant à soutenir la fonction rénale peut être prescrit par un vétérinaire, ainsi que des mesures d’hygiène de vie permettant d’épargner au maximum ses reins.

Le régime alimentaire du chien est généralement au cœur des mesures d’hygiène préconisées par le vétérinaire, notamment dans l’optique de réduire son apport en protéines dont la métabolisation produit une grande quantité de déchets normalement destinés à être filtrés par les reins.

Lorsque le sang du chien est par trop intoxiqué par les déchets que ses reins n’ont pas pu éliminer, il peut être nécessaire de procéder à des perfusions ou dialyses pour le purifier artificiellement.

Toutefois, les dialyses régulières, semblables à celles que l’on effectue communément dans le traitement de l’insuffisance rénale chronique chez l’humain, ne sont pas couramment pratiquées chez les animaux, car trop coûteuses et contraignantes.

Le pronostic de la dysplasie rénale chez le chien est délicat, et va dépendre de l’étendue des lésions et du pourcentage de tissus non fonctionnels.

Dans les cas sévères, lorsqu’une grande partie du rein est inapte, les chiots atteints de dysplasie rénale décèdent couramment avant l’âge de 6 mois.

Dans les formes modérées de dysplasie rénale, les chiens vivent habituellement entre 1 an et 2 ans, et ceux présentant une forme légère peuvent vivre normalement sans que leur pathologie n’affecte leur durée et leur qualité de vie.

Parmi les Lhassa Apso et les Shih Tsu, races les plus souvent affectées par cette maladie, les formes sévères sont relativement rares, et seuls 5% à 10 % des animaux atteints de dysplasie rénale décèdent d’une insuffisance rénale chronique. (2)

Questions fréquemment posées par les maîtres 

Peut-on soigner la dysplasie rénale du chien ?

Non, il est impossible de soigner la dysplasie rénale du chien, mais il est, en revanche, parfois possible de la traiter.

Cela revient à en contrôler les symptômes et à en ralentir au mieux l’évolution pour augmenter la longévité de l’animal et accroître sa qualité de vie.

Lorsque la dysplasie rénale du chien est peu étendue, de simples mesures d’hygiène de vie peuvent permettre à l’animal de vivre presque normalement et d’atteindre un âge tout à fait honorable.

Comment savoir si mon chien souffre de dysplasie rénale ?

Les symptômes de la dysplasie rénale du chien sont les mêmes que ceux de l’insuffisance rénale chronique, à savoir une augmentation de la prise de boisson et de la fréquence d’émission d’urines, suivie d’une dégradation de l’état de santé général de l’animal.

Notons toutefois que la maladie est généralement asymptomatique à ses débuts, et que les tout premiers symptômes (soif excessive et augmentation des éliminations d’urines) ne surviennent que lorsqu’une portion critique des tissus rénaux est déjà dégradée.

Les symptômes plus sévères, tels qu’un amaigrissement, un affaiblissement ou encore des vomissements, n’apparaissent que lorsque les reins du chien ne fonctionnent déjà quasiment plus.

La dysplasie rénale du chien est-elle une maladie héréditaire ?

Oui, on suppose que la plupart des dysplasies rénales chez le chien sont d’ordre héréditaire. Toutefois, il est possible que des événements survenant pendant la gestation, tels qu’une infection à l’Herpès Virus Canin ou une exposition à certaines toxines, puissent également impacter le développement fœtal.

Des facteurs environnementaux, notamment liés au régime alimentaire du chien, pourraient également favoriser le développement de la maladie.

Quelle est l’espérance de vie d’un chien atteint de dysplasie rénale ?

L’espérance de vie et le pronostic d’un chien atteint de dysplasie rénale dépendent entièrement du stade d’évolution de la maladie et de la quantité de tissus détériorés.

Certains chiots atteints de formes sévères ne vivront pas plus de six mois, quand d’autres présentant des formes légères peuvent vivre toute leur vie sans présenter le moindre symptôme.

La dysplasie rénale est une maladie qui peut faire peur aux maîtres, car elle est souvent synonyme d’insuffisance rénale chronique, une pathologie grave pouvant provoquer la mort du chien.

Toutefois, il est important de ne pas perdre espoir et de ne pas négliger de faire soigner son chien lorsqu’on le suspecte d’être atteint d’un trouble rénal.


En effet, certaines mesures d’hygiène toute simple peuvent significativement améliorer son quotidien et prolonger son espérance de vie, voire lui permettre d’atteindre une longévité normale dans de bonnes conditions.

Il vous reste encore quelques questions sur la dysplasie rénale du chien ? Posez-les-nous dans les commentaires !

Derniers mots et recommandations importantes

Aimer et éduquer son chien c'est aussi le protéger contre les aléas de la vie. C'est pourquoi je vous recommande vivement de souscrire à une assurance santé pour chien dès que possible. Cela vous évitera des frais de vétérinaires astronomiques en cas d'accident ou maladie.

J'ai placé, ci-dessous, un comparateur d'assurances totalement gratuit que j'ai moi-même personnalisé.

Vous y trouverez les meilleures offres du marché, à partir de 3,90€ par mois.