fbpx
CaniprofSanté du chienDysplasie Chez Le Chien : Symptômes et Traitements

Dysplasie Chez Le Chien : Symptômes et Traitements

On entend beaucoup parler de la dysplasie chez le chien, et surtout de la dysplasie de la hanche, une affection on ne peut plus courante chez nos compagnons à quatre pattes.

Contrairement à une idée répandue, la dysplasie n’a pas que des causes héréditaires, et il est possible de prévenir son apparition chez certains chiens en adoptant quelques bonnes pratiques élémentaires.

Pour tout savoir sur la dysplasie chez le chien, ses formes les plus répandues, ses traitements et les meilleurs moyens de la prévenir, je vous propose un petit tour d’horizon sur le sujet.

Qu’est-ce que la dysplasie chez le chien ?

Une dysplasie, chez le chien comme chez tous les autres animaux – y compris l’homme, est une malformation d’un ou de plusieurs organes ou os due à une anomalie de son développement.

N’importe quelle partie de l’organisme peut être touchée, mais, chez le chien, ce sont les dysplasies articulaires qui sont les plus répandues, et notamment celle de la hanche et du coude.

Déformé, l’organe atteint de dysplasie aura tendance à mal assumer ses fonctions, voire à se dégrader et à ne plus fonctionner du tout.

Dans le cas des dysplasies articulaires, on observe souvent une érosion des articulations qui provoque des douleurs et des troubles de la mobilité.

Comme il existe autant de dysplasie qu’il n’y a d’organes dans le corps d’un chien, il est impossible de définir des symptômes ou des traitements pour l’ensemble des troubles engendrés par ce type d’affection.

En effet, il va de soi qu’un chien présentant une dysplasie rénale ne présentera pas les mêmes troubles qu’un chien atteint de dysplasie articulaire.

Banniere assurances chien


Les différents types de dysplasies chez le chien

Tous les organes du chien peuvent être concernés par une dysplasie, mais certains sont plus fréquemment affectés par cette malformation.

Il existe donc certaines dysplasies largement plus répandues que d’autres, comme celles de la hanche et du coude.

Les dysplasies articulaires, comme leur nom l’indique, affectent les articulations du chien, altérant à terme sa mobilité.

La dysplasie de la hanche et la dysplasie du coude sont parmi les affections les plus communes chez le chien moyen et grand, quand la luxation de la rotule, souvent due à une dysplasie du genou, est plus répandue chez le petit chien.

La dysplasie rénale touche les reins de l’animal, la dysplasie microvasculaire hépatique, son foie, la dysplasie mitrale, son cœur, et la dysplasie rétienne, sa vue.

Certaines de ces malformations sont héréditaires, mais d’autres peuvent aussi avoir des sources externes, telles que la dysplasie rénale qui peut être provoquée chez le chiot par l’herpès virus canin lors de la gestation chez une mère infectée.

Par ailleurs, les dysplasies peuvent se cumuler, comme c’est le cas des dysplasies oculosquelettiques (OSD) lors desquelles de déformations osseuses et/ou articulaires sont associées à une dysplasie de la rétine.


La dysplasie de la hanche chez le chien

Penchons-nous maintenant de plus près sur la dysplasie de la hanche, l’affection la plus courante chez nos compagnons à quatre pattes.

La hanche est l’articulation reliant les pattes arrières du chien à son bassin : elle est formée par le creux du bassin (cotyle) dans laquelle s’emboîte la tête de l’os fémoral (fémur) du chien.

Fortement sollicitée dans un grand nombre de postures et de mouvements variés, c’est une articulation qui a besoin de rester stable pour permettre à l’animal de conserver une bonne mobilité à vie.

En cas de dysplasie, la hanche est saine au moment de la naissance du chiot et se déforme progressivement tout au long de sa vie.

Au départ, l’animal nait avec une hyperlaxité de la hanche qui engendre un jeu anormal dans l’articulation : la tête du fémur et le creux du cotyle ne sont pas correctement rapprochés par les ligaments.

De fait, les mouvements du chien ont tendance à détériorer peu à peu l’articulation à force de frottements anormaux, engendrant une inflammation des cartilages, ligaments et os de la hanche.

S’ensuit l’apparition d’une arthrose secondaire, dont le degré de gravité et le pronostic varient d’un chien à un autre.

Causes de la dysplasie de la hanche chez le chien

De son véritable nom « dysplasie coxo-fémorale », cette anomalie touche surtout les chiens ayant une croissance rapide, c’est-à-dire les chiens de grande taille.

Il existe un facteur héréditaire, mais non congénital. Cela signifie que les chiots naissent avec des hanches en bonne santé, mais sont susceptibles de développer des anomalies s’ils sont porteurs de certains gènes.

Cependant, nombre de chiens présentant un génotype les prédisposant à la dysplasie de la hanche ne développent jamais cette affection.

Si l’existence d’un facteur héréditaire est donc avérée, celui-ci n’est pas pour autant décisif et des facteurs environnementaux sont bien plus fortement impliqués dans son apparition et son développement.

L’activité physique du chien pendant sa période de croissance joue un rôle important dans le développement des articulations et des os qui composent son squelette.

De fait, une activité trop intense durant la période de croissance favorise l’apparition de la dysplasie de la hanche, surtout chez les chiens de grande et moyenne taille.

En effet, une activité intense sollicite durement l’articulation de l’animal qui est encore très malléable durant la croissance du squelette et, de fait, plus susceptible de se déformer.

L’alimentation et le poids sont aussi des aspects qui peuvent jouer en la faveur d’une dysplasie de la hanche, les excès ou carences de minéraux et de vitamines pouvant altérer le développement du squelette.



L’obésité, le surpoids et la prise de poids rapide sont autant de facteurs risquant de déformer les articulations du chien et de donner lieu à une dysplasie de la hanche.

Symptômes de la dysplasie de la hanche chez le chien

La dysplasie de la hanche chez le chien ne provoque pas de symptômes spécifiques à cette pathologie, bien que certains signes puissent alerter les maîtres.

L’apparence physique d’un chien peut permettre de suspecter une dysplasie : des fesses peu musclées, un arrière-train bas et une proéminence des os du bassin peuvent souvent être observés.

Dans les cas les plus avancés, une démarche difficile, des signes de raideur quand le chien se lève ou se couche, ou une boiterie peuvent se manifester.

Chez le chiot, on observera davantage une démarche chaloupée ou un déplacement anormal, le jeune chien ramenant ses deux pattes postérieures en même temps à chaque pas au lieu de les avancer une à une.

Le chien atteint de dysplasie peut aussi manifester des symptômes non spécifiques, surtout lorsqu’il souffre, comme un abattement, une apathie, une anorexie, une agressivité ou tout autre trouble du comportement.

Les signes précédemment évoqués ne permettent néanmoins pas au maître de poser un diagnostic, celui-ci ne pouvant être établi que par un vétérinaire.

Après avoir examiné l’animal et pris note de vos observations, le vétérinaire décidera si votre chien est susceptible de présenter une dysplasie de la hanche.

Si c’est le cas, il programmera une radiographie qui lui permettra d’avoir un visuel sur l’état des hanches de votre animal et l’étendue des éventuelles lésions.

Traitement de la dysplasie des hanches

La dysplasie de la hanche n’est pas une urgence vitale chez le chien, mais elle mérite cependant d’être traitée pour ne pas laisser l’animal souffrir en silence et perdre peu à peu sa mobilité jusqu’à ne plus pouvoir marcher.

Le traitement ne peut être mis en œuvre que par un vétérinaire et se fait au cas par cas selon l’état de santé général du chien, son âge et son mode de vie, ainsi que l’étendue des lésions et leur évolution présumée.

Dans les cas les plus légers, une simple amélioration de l’hygiène de vie peut être prescrite, afin d’éviter au chien de prendre du poids et de lui garantir une alimentation saine répondant aux besoins de ses os.

Des exercices de musculation peuvent également être recommandés, car une bonne musculature du bassin peut permettre de combler tout à fait les faiblesses des ligaments.

En cas de fortes douleurs, une cure d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires peut être mise en place pour contrôler la douleur ressentie par l’animal.

Dans cette situation, une chirurgie de la hanche est souvent envisagée, soit pour obtenir une guérison complète (chez le jeune chiot), soit pour éliminer définitivement la douleur (solution privilégiée chez les chiens adultes).

Races de chiens prédisposées à la dysplasie de la hanche

Parmi les races de chien les plus susceptibles de présenter une dysplasie de la hanche, le Rottweiler campe la première marche du podium.

D’après des observations vétérinaires émises entre 2000 et 2003, près d’un quart des chiens de race Rottweiler (23.9%) présentaient cette malformation.

La même étude rapporte que l’on retrouve la dysplasie de la hanche chez 13.5% des Bouviers Bernois et chez 6.1% des Bergers de Brie qui détiennent respectivement la médaille d’argent et de cuivre.

Le Berger Belge, le Golden Retriever, le Labrador, le Dogue Allemand et le Husky ne sont pas non plus en reste et figure dans les 10 races les plus représentées du classement.

Outre l’étude suscitée, les vétérinaires s’accordent généralement à dire que les grands chiens sont les plus sujets aux dysplasies de la hanche, et davantage encore lorsqu’ils sont aussi massifs que hauts.

Aussi, le Leonberg, le Terre-Neuve, le Mastiff, le Tosa, le Saint-Bernard et tous les gros molosses pourraient être plus sujets que les autres à développer cette anomalie.

Néanmoins, il faut aussi noter que l’activité physique est un facteur très important dans le développement et l’aggravation de la dysplasie, à tel point que certains chiens qui en sont atteints – et qui ne sont pas simplement porteurs des gènes favorisant son développement – ne développent jamais de symptômes.

Les très gros chiens, comme les Mastiff et les Dogues Allemand, ont en effet tendance à se montrer bien plus placides que des chiens moyens ou plus sveltes, comme le Berger Belge.

De fait, ils ne sont pas toujours les plus accablés par cette pathologie, quand un jeune Golden Retriever débordant d’énergie aura tôt fait d’aggraver son cas en faisant le fou dans son jeune âge… (1)

Comment faire face aux frais vétérinaires en cas de maladie ou accident ?

Pour éviter les frais de santé élevés, je vous conseille vivement de vous pencher sur les assurances pour chiens.

Pour trouver l’offre qui vous correspond le mieux et au meilleur prix, vous pouvez ce comparateur gratuit qui vous permettra d’économiser jusqu’à 60% sur vos frais.


Questions fréquemment posées par les maîtres sur la dysplasie chez le chien

Comment savoir si mon chien a une dysplasie de la hanche ?

Un chien qui boite, semble avoir le bas du dos raide ou adopte une démarche inhabituelle ne présente pas forcément une dysplasie de la hanche.

Pour poser un diagnostic, la seule chose à faire et de vous rendre chez un vétérinaire.

La dysplasie de la hanche peut-elle guérir ?

La dysplasie de la hanche ne guérit pas sans intervention chirurgicale. Ce n’est pas une maladie qui peut être soignée, mais une déformation de l’articulation du chien.

Quels sont les facteurs pouvant causer une dysplasie de la hanche ?

Une activité physique trop intense durant la période de croissance du chiot est un facteur aggravant, risquant de déclencher une déformation de la chance chez les chiens prédisposés.

Une mauvaise alimentation, une hygiène de vie peu saine et une trop faible musculature au niveau du bassin sont aussi des facteurs favorisant l’apparition de ce type de problème.

La dysplasie de la hanche est-elle héréditaire ?

Oui, la dysplasie de la hanche est héréditaire, mais non congénitale, ce qui signifie que le chiot ne nait pas avec les hanches déformées.

Un chien présentant des prédispositions héréditaires sera plus enclin à développer cette pathologie, mais la dysplasie ne surviendra pas nécessairement.

La dysplasie de la hanche, la plus connue de toute, est une affection malheureusement fort répandue chez nos amis les chiens, et peut avoir de graves conséquences sur leur bien-être et leur santé.


Les douleurs répétées causées par cette malformation et les difficultés du chien à se mouvoir peuvent, en effet, le faire physiquement souffrir et peser lourd sur son moral et son équilibre mental.

Heureusement, la médecine vétérinaire ne cesse d’avancer et il existe désormais de nombreux traitements chirurgicaux pouvant grandement améliorer la vie d’un toutou atteint de dysplasie.

Il vous reste des questions sur la dysplasie de la hanche chez le chien ? Posez-les-nous en commentaire de cet article ou venez partager votre expérience !

Derniers mots et recommandations importantes

Aimer et éduquer son chien c'est aussi le protéger contre les aléas de la vie. C'est pourquoi je vous recommande vivement de souscrire à une assurance santé pour chien dès que possible. Cela vous évitera des frais de vétérinaires astronomiques en cas d'accident ou maladie.

J'ai placé, ci-dessous, un comparateur d'assurances totalement gratuit que j'ai moi-même personnalisé.

Vous y trouverez les meilleures offres du marché, à partir de 3,90€ par mois.