CaniprofRaces de chienRaces de chiens miniatures : Tour d’horizon

Races de chiens miniatures : Tour d’horizon

Les races de chiens miniatures sont particulièrement populaires à notre époque, les grands chiens, historiquement utilisés pour le travail, ayant de moins en moins leur place dans nos sociétés.

Moins encombrants, moins gourmands en budget alimentaire et rarement dangereux… Les chiens miniatures présentent de nombreux avantages qui séduisent surtout les maîtres novices pouvant craindre qu’un gros chien ne prenne le dessus sur eux.

Pourtant, ils ont aussi leurs défauts, tant d’un point comportemental qu’en termes de santé et, de fait, de budget.

Aujourd’hui, je vous propose un petit état des lieux des différentes races de chiens miniatures, de leurs avantages et de leurs inconvénients.

une race de chien miniature

Qu’est-ce qu’une race de chiens miniatures ?

Les races de chiens miniatures englobent différents chiens de petite taille, sans qu’aucune organisation cynologique officielle ne définisse concrètement le terme de « miniature » dans un contexte canin.

De fait, ce dernier est davantage utilisé à des fins marketing pour promouvoir des chiens de petite taille, et non dans une portée scientifique visant à catégoriser différents types de chiens. De manière générale, le terme de « miniature » a deux définitions.

Sémantiquement, une miniature est un modèle réduit. Un chien miniature est donc la version réduite d’une race standard.

C’est plutôt dans ce sens qu’abonde la Société Centrale Canine, qui ne reconnaît que deux races de chiens miniatures officielles : le Bull-Terrier Miniature et le Berger Américain Miniature, des versions naines des races éponymes.

L’American Kennel Club, alter ego de la Société Central Canine outre-Atlantique, reconnaît quant à elle le Schnauzer Miniature et le Pinscher Miniature, qui ont aussi une version standard.

Dans l’esprit commun, un chien miniature est un tout petit chien, parmi les plus petits du monde canin. Une race miniature peut donc être une race de petits chiens, qui n’existent pas nécessairement dans une version plus grande – il reste alors à s’entendre sur la définition de « petits chiens ».

On pourrait, par exemple, se baser sur le marché canin qui regorge de produits destinés spécifiquement aux petits chiens : en règle générale, ils s’adressent aux chiens adultes de moins de 10 kg.

En termes de gabarit, on peut se pencher sur les règlements de compétitions canines : en moyenne, les spécimens concourant dans les catégories réservées aux petits chiens sont ceux qui mesurent moins de 35 cm au garrot – une information qui varie selon les disciplines.

Aussi, un chien miniature n’entre pas forcément dans la définition commune du « petit chien », car le Berger Américain Miniature, par exemple, mesure jusqu’à 47 cm au garrot – ce qui en fait plutôt un chien moyen.

Vous l’aurez compris, « miniature » est un adjectif qui veut tout et rien dire chez le chien et n’est pas encadré dans le monde de la cynologie.

Un chien « toy » (autre terme « fourre-tout » sans véritable définition), qui pèse moins de 4 kg, peut prétendre au titre de chien miniature tout comme le Bull Terrier Miniature, qui peut peser le triple… Voire le quadruple !

Il revient donc à chaque maître de déterminer ce qu’est un chien miniature à ses yeux, en fonction de sa propre vision des choses et de ses références.

Banniere assurances chien


Les différentes races de chiens miniatures

Comme nous l’avons évoqué dans le paragraphe précédent, il existe une multitude de petits chiens différents pouvant correspondre à la définition de miniature.

La plupart d’entre eux n’ont en commun que leur taille réduite, et présentent des caractères et des besoins complément différents : il est donc essentiel de ne jamais choisir un chien uniquement au regard de son gabarit – ou d’un quelconque trait physique, au demeurant.

Les races de chiens miniatures du Groupe 9 :  les toutous de compagnie

Le Groupe 9 de la FCI regroupe tous les petits chiens sélectionnés depuis la nuit des temps pour leurs aptitudes de chiens de compagnie et d’agrément et habitués à vivre aux côtés des humains depuis la nuit des temps.

De fait, leur caractère et leurs besoins sont très différents de ceux des chiens des autres groupes, utilisés depuis toujours pour le travail – bien qu’ils se reconvertissent de plus en plus en chiens de famille, leurs métiers (bergers, gardiens, chasseur, etc.) tombant peu à peu en désuétude.

Si les chiens de travail peuvent être très proches des hommes (surtout de leur maître), car ils évoluent à leurs côtés depuis des millénaires, les chiens compagnies ont vécu dans une promiscuité incomparable avec leurs maîtres.

Pas de niches dehors ou de journées passées aux côtés du bétail loin de toute civilisation pour eux, mais plutôt une vie de salon, en permanence entourée d’humains.

Ce mode de vie a donné des chiens très proches de leurs maîtres, complices, espiègles, capables de comprendre les humains comme aucun autre chien et de très bien se faire comprendre en retour.

S’ils connaissent une baisse de popularité depuis l’arrivée des chiens de travail sur le marché des animaux de compagnie (il est vrai que la noblesse du Husky séduit plus que celle du Caniche), ils demeurent les mieux adaptés à la vie de chien de compagnie.

Ils ont tout de même leurs défauts : ils ne supportent pas la solitude, même si certains s’en sortent mieux que d’autres, et peuvent développer des troubles du comportement quand leur maître les surprotège ou néglige leur éducation, des erreurs qu’il est facile de commettre face à leurs adorables bouilles.

Parmi les races de chiens miniatures du Groupe 9 les plus populaires, on compte les énergiques Bichons (un poil caractériels), le Griffon Brixellois au visage de ouistiti (un vrai pitre), les nobles chiens du Tibet (les plus tolérants à la solitude), les Épagneuls Nains (doux et mélancolique)… Et bien d’autres !

Les petits molosses, Bouledogue Français, Carlins et compagnie, font aussi partie de cette catégorie. Au contraire de tous les autres, ils sont généralement intolérants à l’effort (hypertype oblige) et conviennent bien à une vie sédentaire.

Impossible, pour conclure cette catégorie, de ne pas citer l’adorable Caniche, presque parfait à tout point de vue, même si son physique ne plaît malheureusement plus.

Les races de chiens miniatures du Groupe 3 :  les Terriers

Yorkshire, Cairn Terrier, Jack Russel… Les Terriers sont petits par leur taille, mais grands – très grands – par leurs besoins, en activité physique notamment.

Très énergiques, ils font partie des chiens qui sont fréquemment adoptés pour leur taille sans tenir compte de leur tempérament. Le Jack Russel, attrayant par son physique sympathique, est le chien le plus abandonné en France.

Pour cause, quand il est adopté à des fins de compagnie, en supposant que sa petite taille en fait un toutou idéal pour vivre en appartement ou, pire, pour une vie sédentaire, il devient littéralement ingérable, rongeant son frein toute la journée dans l’attente de pouvoir se dépenser.

En définitive, les Terriers ne doivent jamais être adoptés pour une question de taille, à moins que vous ne cherchiez un compagnon pratique à emporter partout avec vous pour partager vos activités quotidiennes.

Ces chiens inépuisables font d’excellents compagnons pour les maîtres très actifs. Ils sont capables de les accompagner dans toutes leurs aventures et de briller dans toute sorte d’activité.

Complices, espiègles, rusés et endurants, ce sont les meilleurs amis dont peuvent rêver tous les baroudeurs invétérés, cherchant un compagnon aussi courageux et tenace que Milou, le Fox Terrier de Tintin.

Si on devait mettre tous les Terriers dans le même panier, on pourrait dire que les inconvénients majeurs de ces chiens miniatures sont leur opiniâtreté et leurs grandes exigences. Si leur maître ne se donne pas du mal pour les combler, ils sont impossibles à éduquer.

Les races de chiens miniatures du Groupe 4 : les Teckels

Il n’y a qu’une seule race de chien dans le Groupe 4 de la FCI, et il s’agit du Teckel, cette drôle de saucisse sur pattes, qui ne mesure pas plus de 22 cm au garrot.

Le Teckel est un chien de compagnie qui a hérité de la douceur des bassets. Aimable, charmeur et intelligent, il aime poser de doux regards mélancoliques sur son maître, mais il en est autrement avec les inconnus.

Très alerte, le Teckel est un aboyeur qui sonne l’alarme dès qu’un inconnu s’approche de la porte d’entrée, et n’hésite pas à gronder et à enchaîner les démonstrations de force du haut de ses 20 cm – sans jamais attaquer.

Il est essentiel de ne pas négliger son éducation, car s’il n’est jamais vraiment dangereux, il n’est pas souhaitable de le laisser intimider vos invités dès que l’envie lui en prend.

Les races de chiens miniatures des autres groupes de la FCI

Bien que les groupes 9, 3 et 4 soient les champions des petits chiens, on croise des spécimens de petite taille dans tous les groupes de la FCI (sauf le 7).

Dans le Groupe 1 des chiens de berger, le Schipperke, le Berger des Shetland et le Corgis, pour ne citer que les plus populaires, font tous moins de 35 cm au garrot.

Les chiens de berger se distinguent généralement par leur intelligence et leur indéfectible loyauté envers leur maître. Ils n’ont souvent d’yeux que pour leur berger et supportent mal toute séparation avec ce dernier.

Ce sont des chiens très actifs et sportifs, qui ont grand besoin de stimulation physique et mentale. Ils savent se comporter comme les membres à part entière d’une famille quand on le leur permet.

Dans le Groupe 2 des chiens de garde, le Pinscher Nain, le Schnauzer Nain et l’Affenspinscher sont tous des protecteurs miniatures.

Ce sont des chiens alertes, énergiques, qui demandent de l’attention et n’aiment pas beaucoup perdre de vue leur maître.

Ils peuvent se montrer aboyeurs et méritent une éducation soignée, mais font des chiens généralement très joueurs et affectueux.

Dans le groupe 5 des chiens primitifs, on croise le Spitz Nain, aussi nommé Loulou de Poméranie ou Poméranien. C’est un des chiens les plus jolis du monde canin avec sa belle fourrure dressée, mais il a tendance à se montrer caractériel.

Le Spitz Japonais et le Podengo Portugais font aussi de très bons chiens miniatures de compagnie, joyeux et équilibrés, relativement indépendants et assez réservés – surtout envers les inconnus.

Parmi les chiens de chasse (groupe 6 et 8), il faut plutôt se tourner du côté des bassets pour trouver des chiens miniatures.

Le Beagle s’est largement répandu au sein des foyers français, mais cet effet de mode ne doit pas vous faire penser que c’est un toutou facile : il est têtu et c’est une vraie boule d’énergie !

Il peut faire un merveilleux compagnon, mais seulement si son maître répond à toutes ses – nombreuses – exigences.

Dans le groupe 8 des retrievers, il faudra plutôt se tourner vers les Cockers et les Spaniels qui ne sont jamais très grands – ni vraiment petits. Doux et discrets, ce sont des chiens qui ont besoin de beaucoup d’activités, mais font d’adorables chiens de familles.

Terminons avec le Groupe 10, celui des Lévriers, qui compte les plus grands chiens du monde, mais aussi de plus petits spécimens capables de séduire les maîtres à la recherche d’un chien miniature.

Le Lévrier Italien, avec ses 4 kg à 5 kg seulement, ne prend vraiment pas de place et fait un animal affectueux, doux, un peu timide de temps à autre, mais jamais agressif.

Il est, en outre, peu contraignant, et ne demande qu’à sprinter une ou deux fois par jour. Il est très calme à la maison, et beaucoup plus résistant que sa morphologie le laisse imaginer.

Les races de chiens miniatures qui n’en sont pas : les « poo »

Ces dernières années ont vu naître de multiples chiens miniatures croisés à partir du Caniche, dans l’optique de créer des toutous toujours plus petits et mignons, mais aussi hypoallergéniques, plus résistants, avec un meilleur caractère… Autant de promesses marketing sans fondement.

On les appelle les « poo », car ils sont issus du Caniche, dont le nom anglais est Poodle. De fait, ces chiens sont surtout populaires aux États-Unis.

La mode des poo aété lancée en même temps que celle des doodles, un autre croisement issu du Poodle, mais qui donne plutôt des chiens moyens à grands. Les « poo » sont typiquement issus de Caniches Toy, et les poodles de Caniches standards.

Les poo ne sont pas des races de chiens reconnues (ni en Europe ni aux USA), mais des croisements. Ils sont parfois présentés comme des « hybrides », pour faire plus chic, mais c’est un mauvais usage du terme. En effet, un hybride n’est pas un mélange de races, mais d’espèces (Âne X Cheval, par exemple).

Il serait difficile de conseiller ou de déconseiller un poo, car si les vendeurs qui en proposent font tout leur possible pour leur trouver des qualités, ces chiens miniatures ne répondent à aucun standard ou type.

Ce que l’on peut affirmer, en revanche, c’est qu’il est peu judicieux de se fier aux arguments douteux énonçant des généralités sur les Maltipoo (Bichon Maltais X Caniche), Cavapoo (Cavaliers King Charles X Cabiche), Yorkipoo (Yorkshire X Caniche) et tous les autres poo.

Ces petits chiens ne sont pas hypoallergéniques, n’ont pas moins de problèmes de santé que les chiens de race et n’héritent pas par magie du caractère en or du Caniche sans les défauts de leur second parent.

Si vous souhaitez adopter un chien miniature de type poo, vous devez donc vous attendre à une grande aventure : leur caractère et leur morphologie sont totalement imprévisibles.

Puisqu’ils sont issus de chiens du Groupe 9, ils ont fortement tendance à ne pas supporter la solitude, et ceux créés à partir de Caniche toy sont souvent nerveux et très anxieux.

Bien sûr, ils peuvent faire de merveilleux compagnons, mais il est important d’avoir conscience que tout ne se passera pas forcément comme prévu.

En définitive, il leur faut un maître disponible et attentif, qui apportera une grande attention à leur éducation. Bien éduqués, ils ont toutes les chances de faire des chiens miniatures équilibrés et agréables à vivre.


Questions fréquemment posées sur les races de chiens miniatures

Pourquoi choisir un chien de race miniature ?

Il est indispensable de choisir un chien en fonction de son tempérament et du mode de vie dont il a besoin pour être heureux plutôt qu’au seul regard de son gabarit.

Les petits chiens de compagnies sont en effet très exigeants, et ce n’est pas parce qu’ils prennent peu de place qu’ils ont moins de besoins qu’un gros chien – la plupart des petits Terriers ont besoin de plus d’espace et d’exercice qu’un molosse.

Les chiens de races miniatures peuvent-ils mieux vivre en appartement ?

Tous les chiens miniatures ne sont pas faits pour vivre en appartement. Certaines races sont très énergiques et ont absolument besoin de se dépenser longtemps chaque jour, sous peine de devenir incontrôlables. Il est nécessaire de se renseigner au cas par cas.

Les chiens miniatures peuvent-ils supporter la solitude ?

Il existe de nombreuses races de chiens miniatures différentes, et toutes ne sont pas égales face à la solitude.

Quoi qu’il en soit, l’éducation d’un chien joue souvent un rôle plus important que sa race dans sa capacité à supporter la solitude.

Quelles sont les races de chiens miniatures ?

Officiellement, seules deux races de la FCI portent le titre de miniature : le Bull Terrier Miniature, et le Berger Américain Miniature.

On peut toutefois trouver dans le groupe 9 de la FCI bon nombre de chiens plus petits que ces derniers.

Même s’ils sont de petite taille, les chiens miniatures ont souvent de grands besoins, et les moins exigeants ne sont pas ceux que l’on imagine au premier abord.

Les petits chiens de compagnie du groupe 9 ont tendance à très mal supporter toute séparation avec leur maître, quand les petits terriers du groupe 3 sont beaucoup trop énergiques pour s’adapter à une vie un peu trop sédentaire.

En définitive, il est essentiel de ne jamais s’arrêter à la taille d’un chien pour savoir s’il est fait pour vous et votre mode de vie, mais de bien vous renseigner sur son tempérament et ses besoins.


Faites vos propres recherches, et méfiez-vous des éleveurs qui vantent les qualités de leurs chiens quand aucun standard ne permet de les établir.

Vous avez des précisions à nous apporter sur les chiens miniatures ? Partagez votre expérience en commentaire de cet article !

Derniers mots et recommandations importantes

Aimer et éduquer son chien c'est aussi le protéger contre les aléas de la vie. C'est pourquoi je vous recommande vivement de souscrire à une assurance santé pour chien dès que possible. Cela vous évitera des frais de vétérinaires astronomiques en cas d'accident ou maladie.

J'ai placé, ci-dessous, un comparateur d'assurances totalement gratuit que j'ai moi-même personnalisé.

Vous y trouverez les meilleures offres du marché, à partir de 3,90€ par mois.