fbpx
CaniprofRaces de chienLes 10 Groupes De Race De Chien [GUIDE COMPLET]

Les 10 Groupes De Race De Chien [GUIDE COMPLET]

Les chiens de pure race sont répartis à travers dix groupes rassemblant des spécimens qui partagent des caractéristiques communes, tant en termes de morphologie que de qualités mentales.

Chacun de ces dix groupes comprend différentes sections, lesquelles comptent plusieurs races dont les caractères communs sont encore plus exacerbés.

Par ailleurs, il ne faut pas confondre les groupes de chiens de race avec les catégories de chiens, qui visent, elles, à lister les chiens susceptibles d’être dangereux et devant être soumis à certaines mesures de prévention.

Qu’est-ce que les groupes de chiens, ou groupes de race ?

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) reconnaît à ce jour – en 2019 – l’existence de 349 races de chien, un chiffre qui évolue régulièrement au gré de la découverte et de la création de nouvelles races à travers le monde.

Chacune des 349 races de chien présente des standards qui lui sont propres et listent les critères physiques et des qualités mentales auxquels doivent répondre les spécimens souhaitant obtenir un pedigree, c’est-à-dire être inscrits dans le Livre des Origines Françaises (LOF).

Seuls les chiens inscrits au LOF sont considérés comme des chiens de race pure, ce qui permet de présumer de leurs caractéristiques physiques et mentales, et de celles de leur éventuelle progéniture à venir en se basant sur les standards propres à leurs races.

Par souci d’homogénéité, ces races sont classées dans 10 groupes de chiens en fonction des aptitudes de l’animal (chien de troupeau, de chasse, de compagnie, etc.), mais également de sa morphologie.

Les sections de chaque groupe permettent d’affiner cette homogénéité en regroupant les chiens présentant le plus grand nombre de caractères communs.

Il est à noter que les groupes de races ne poursuivent pas une finalité scientifique, mais ont été créés au fil des expositions canines dans l’optique de juger les aptitudes des chiens.

Il peut donc exister des incohérences morphologiques ou historiques dans certains groupes – on peine, par exemple, à comprendre pourquoi l’impressionnant Berger Allemand et le gentil Welsh Corgi, chien fétiche de la Reine Elisabeth II, se trouvent dans le même groupe.

Cela tient au fait que les races ont été regroupées à cause de leurs fonctions ancestrales communes (de chiens de bergers, dans le cas des deux races citées ci-dessus) et ne partagent plus que ce critère historique en commun.

Une classification quelque peu désuète à l’heure où le meilleur ami de l’homme remplit surtout le rôle d’animal de compagnie.

La palme d’or revient sans doute au groupe 2, qui compte les chiens originellement destinés à la garde, dont le Terre-Neuve, reconverti en secouriste, le Pinscher nain, devenu un gentil toutou de compagnie et le Bouvier Bernois, guide d’aveugle réputé outre-Atlantique.

À l’inverse, certains chiens aux fonctions similaires, comme le Lévrier Espagnol et le Beagle, tous deux originellement utilisés pour la chasse au lièvre, sont classés dans des groupes distincts du fait de leurs grandes différences morphologiques. (1)

Banniere assurances chien


Groupe 1 : Chiens de berger et de bouvier, sauf chiens de bouvier suisses

border collie

Le groupe 1 comprend toutes les races de chiens de berger et de bouvier – sauf les chiens de bouvier suisses, classés au groupe 2 ­– réparties en deux sections : les chiens de berger et les chiens de bouvier.

Historiquement, les chiens de berger étaient destinés à guider les troupeaux d’ovins (moutons et chèvres) et les chiens de bouvier à guider les troupeaux de bovins (bœufs).

Ces missions impliquaient une grande autonomie, puisque les chiens devaient souvent surveiller seuls les troupeaux, en l’absence des bergers et bouviers.

Ils devaient aussi être capables de comprendre et de retenir un grand nombre d’ordres pour parvenir à guider les troupeaux sur les indications de leurs maîtres, et d’anticiper les mouvements du bétail pour réagir promptement.

Les sélections effectuées pour répondre à ces attentes ont donné naissance à des chiens vifs, éveillés, travailleurs et volontaires.

On trouve notamment dans le groupe 1 les chiens réputés les plus faciles à dresser (Border Collie, Berger Australien et Berger Allemand) du fait de leur grande capacité à comprendre les attentes de leurs maîtres et de leur enthousiasme à l’idée d’y répondre.

Très à l’écoute de leurs maîtres, les chiens du groupe 1 ne sont pas pour autant faits pour tous les maîtres, et ne supporteront notamment pas la sédentarité et la solitude.

Ils ont besoin de rester actifs, et peuvent vite développer des comportements déséquilibrés si leurs maîtres ne leur offrent pas la possibilité de se sentir utiles à travers des sollicitations intellectuelles et physiques quotidiennes.

Le groupe 1 compte aussi l’impressionnant Berger de Beauce, ou Beauceron, qui a tendance à se montrer dominant et doit être éduqué avec de grandes précautions pour en faire un compagnon équilibré.

Les chiens de ce groupe font de très bons chiens de garde, mais peuvent avoir tendance à prendre des initiatives fâcheuses s’ils sentent qu’ils ont pour mission de protéger leur foyer, ce qu’ils font presque systématiquement à défaut d’autres activités suffisantes (jeux, balades, etc.).

Bannière Dog Chef


Groupe 2 : Chiens de type Pinscher et Schnauzer, Molossoïdes et chiens de Bouvier Suisses

pinscher

Le groupe 2 peut, au premier abord, sembler très « fourre-tout », puisqu’on y retrouve aussi bien les petits Pinschers Nains que les imposants Mastiffs et les adorables Boxers.

Pour comprendre cette classification, il suffit cependant de se rappeler que la FCI a tout d’abord regroupé les chiens selon leurs fonctions historiques.

Dans le groupe 2, nous retrouverons donc tous les chiens de garde, originellement sélectionnées pour protéger les biens, les personnes, les troupeaux et les terres des intrus.

C’est aussi pour cette raison que s’y trouvent les chiens de bouvier suisses, que l’on s’attendrait pourtant à voir dans le groupe 1.

La FCI fait en effet la distinction entre les chiens destinés à guider les troupeaux (groupe 1) et les chiens de garde qui les protégeaient (groupe 2).

Le groupe 2 est divisé en 3 sections, elles-mêmes divisées en sous-sections, qui regroupent les chiens selon leurs morphologies et non leurs fonctions.

La section 1 comprend les chiens de type Pinscher et Schnauzer, répartis dans 4 sous-sections : Pinscher (1.1), Schnauzer (1.2), Smoushond (1.3) et Tchiorny Terrier (1.4).

La section 2 regroupe les molosses de type dogue (2.1) et de type montagne (2.2), et la section 3 les chiens de Montagne et de Bouvier Suisses.

Contrairement à ce que l’on peut parfois lire sur la toile, il n’existe pas de section 4 « Autres Races » dans le groupe 2 qui comprendrait les chiens de type Spitz, les grands chiens japonais ou autres (ces derniers étant affiliés au groupe 5). (2)

Les chiens du groupe 2 font de bons gardiens, mais leurs instincts de chiens de garde ne doivent pas être encouragés sous peine de les voir devenir agressifs avec vos invités ou les inconnus qui s’approcheraient de vous ou de votre maison d’un peu trop près.

Les Pinschers et Schnauzers sont d’excellents chiens d’alerte, un poil aboyeurs, qui se feront une joie d’annoncer la présence de quiconque s’approcherait de votre porte d’entrée.

Les molosses, chiens de montagne et de bouviers suisses, plus placides, ont tendance à se faire plus discrets malgré leur gabarit souvent impressionnant et se contenteront généralement de garder toujours un œil vigilant sur leurs maîtres, sans toutefois surréagir au moindre bruit.

Les chiens du groupe 2 font de bons compagnons, qu’il convient d’éduquer avec un certain doigté pour éviter qu’ils ne se laissent déborder par leur instinct de garde.

Loyaux, fidèles et dévoués à leurs maîtres, ils font partie de ces compagnons qui sont prêts à tout pour protéger leur foyer, allant parfois jusqu’à se montrer impulsifs.

Bien éduqués, ils font des compagnons aimants, doux et affectueux, mais ils ne gagnent pas à être placés entre les mains de maîtres novices, maladroits ou peu attentionnés, pour faire ressortir toutes leurs qualités.

Les races les plus répandues de la section 1 du groupe 2 sont le Dobermann et le Pinscher Nain.

Dans la section 2, l’impressionnant Cane Corso arrive en tête, suivi du Boxer, du Rottweiler, du Shar-Pei et du Dogue Allemand.

Dans la section 3, on retrouve le Bouvier Bernois, le Leonberg, le Terre-Neuve et le Montagne des Pyrénées, connu pour être fièrement représenté par Belle, dans l’œuvre Belle et Sébastien.

Groupe 3 : les Terriers

fox terrier

Le groupe 3 est exclusivement réservé aux Terriers, de petits chiens de chasse destinés à débusquer le gibier en le poursuivant jusque dans sa tanière.

Ce groupe compte 4 sections : Terriers de grande et moyenne taille (1), Terriers de petite taille (2), Terriers de type bull (3) et Terriers d’agrément (4).

Ces quatre catégories se distinguent par des critères essentiellement morphologiques, l’ensemble des Terriers présentant des caractères relativement spécifiques au groupe.

Du fait de leurs missions historiques, les Terriers ont été sélectionnés pour leur courage, leur ténacité, leur vivacité et leur détermination.

Ils font des compagnons éveillés, très actifs, affectueux, mais aussi têtus et indépendants – voire caractériels, avec une tendance à déborder leurs maîtres lorsqu’ils n’ont pas été éduqués avec douceur et fermeté.

Parmi les toutous populaires de ce groupe, on trouve le Fox Terrier, le Jack Russel, le Yorkshire et l’indétrônable American Staffordshire Terrier.

Groupe 4 : Teckels

teckel

Le groupe des Teckels ne comprend aucune section et ne compte, pour l’heure, qu’une seule race déclinée en neuf variétés.

On y trouve ainsi le Teckel dit « standard », le Teckel nain et le Teckel de chasse au lapin, chacune de ces catégories incluant trois autres variétés : poil ras, poil dur et poil long.

Les Teckels sont issus de croisements entre des petits bassets, c’est-à-dire des chiens de chasse courants et courts sur pattes initialement sélectionnés pour la chasse sous terre, et des Pinschers.

Ni peureux ni agressifs, les Teckels sont des compagnons aimables, voire charmeurs, qui aiment autant profiter du confort d’un appartement que courir dans les broussailles à la poursuite de leur proie.

Intelligents, éveillés et à l’écoute, ils sont relativement simples à éduquer et se montrent généralement très proches de leurs maîtres, jusqu’à devenir de vrais pots de colle.

Vifs et tenaces, ils peuvent se montrer aboyeurs ou destructeurs s’ils n’ont pas la possibilité de se défouler quotidiennement à travers des jeux ou des promenades aux côtés de leurs maîtres adorés.

Attention aux idées reçues : les Teckels à poil dur ne sont pas plus rustiques que ceux à poil long malgré leur apparence plus négligée, et les Teckels à poil ras ne sont pas plus fragiles que les autres – seulement plus sensibles au froid !

Seule la lignée d’un Teckel pourra vous informer sur le mode de vie qui lui conviendra le mieux, notamment en découvrant s’il est issu d’un élevage de chiens sélectionnés pour la chasse ou pour l’agrément.

Groupe 5 : Chiens de type Spitz et de type Primitif

spitz chien

Dans ce groupe, on trouve cinq sections dédiées aux chiens de type Spitz – dont les races de chiens nordiques et de traineau – ainsi que deux sections comptant les chiens de type Primitif.

Les chiens de type Spitz se distinguent par leur fourrure épaisse, leurs queues souvent portées dressées et enroulées sur le dos, leurs museaux pointus et leurs oreilles triangulaires.

Les chiens primitifs présentent des ressemblances physiques avec les Spitz, mais appartiennent davantage à une catégorie de chiens « semi-sauvages », dont la domestication est moins récente ou moins poussée.

Spitz et chiens primitifs conservent, de ce fait, de forts instincts et un caractère plus « naturel », moins façonné par l’homme.

Avant toute chose, il est crucial de distinguer les chiens des différentes sections du Groupe 5 qui – fois n’est pas coutume – ont été regroupés par la FCI pour des raisons morphologiques et non par aptitudes.

En effet, si les chiens de la section 1 (chiens nordiques et de traineau) ont été sélectionnés pour leurs capacités à traîner des charges lourdes et ont, de fait, développé un réel engouement et des qualités inégalées pour l’attelage, ce n’est pas le cas des autres races de Spitz.

Aussi, atteler un Akita Inu ou un Chow-Chow (section 5), un Laika de Sibérie (section 2), un Spitz Allemand (section 3) ou un Buhund Norvegien (section 4) peut leur causer de graves dommages corporels.

En effet, malgré une apparence relativement similaire à celles des chiens de traîneaux, les toutous du groupe 5 n’appartenant pas à la section 1 n’ont pas bénéficié de sélections pour devenir de robustes chiens d’attelage.

Ils risqueraient donc non seulement de souffrir physiquement d’une activité d’attelage, mais également psychologiquement, car ils n’ont pas un goût inné pour cet exercice et ne comprendraient pas les attentes de leurs maîtres.

Par ailleurs, les chiens du groupe 5 sont réputés pour leur grande fierté et leur indépendance, et les contraindre à réaliser une activité pour laquelle ils ne sont pas faits risque de les plonger dans une grande détresse émotionnelle et peut les conduire à adopter un comportement déséquilibré.

Les chiens primitifs partagent ces traits de caractère et font des compagnons fiers, indépendants, presque hautains qui n’hésitent pas à ignorer les ordres de leurs maîtres s’ils estiment avoir mieux à faire.

Ils se montrent discrets et timides, voire méfiants, à l’égard des inconnus, à tel point qu’on les qualifie souvent de « chiens-chats », car leur comportement se rapproche davantage de celui de nos amis félins que du loyal et dévoué Labrador.

Ce sont cependant des compagnons fidèles, qui n’ont souvent qu’un maître et n’offriront leur affection qu’à lui seul.

Les Spitz Allemands ont tendance à se montrer aboyeurs, ce qui fait partie intégrante de leur nature de chiens « bavards ».

Malgré ces différents aspects, les chiens du groupe 5 font de très bons compagnons, soucieux de protéger leurs familles, agissants parfois comme de vraies « nounous » auprès des enfants, loyaux et affectueux.

Il faut cependant être conscient, avant d’envisager d’adopter un chien du groupe 5, que ces toutous possèdent un fort caractère qu’il ne rime à rien de vouloir brimer.

Malheureusement, les chiens de ce groupe sont souvent victimes de leurs physiques séduisants, presque hypnotisant, qui conduit bien des maîtres à les adopter pour s’afficher fièrement aux côtés d’un magnifique Husky ou d’un superbe Chow-Chow.

Ce type de situation conduit non seulement à de multiples abandons dus aux problèmes de comportements développés par ces toutous, dont le caractère unique et les besoins n’ont pas été respectés par des maîtres ignorants, mais également à des accidents domestiques.

C’est ainsi que le Chow-Chow est devenu un des chiens les plus mordeurs en France, après avoir été massivement adopté par des novices tombés sous le charme de ses allures de nounours et bien décidés à le considérer comme une peluche.

Il fait, depuis, un des meilleurs exemples pour illustrer les apparences trompeuses : le Chow-Chow est en effet avant tout un chien de garde et de chasse, d’un naturel indépendant, voire distant, dont il faut respecter le grand besoin de tranquillité et d’activité physique pour en faire un toutou heureux et équilibré.

En définitive, avant d’adopter un chien de ce groupe, qu’il soit de traineau, de garde, de berger ou de type primitif, renseignez-vous auprès d’éleveurs ou de passionnés sérieux pour savoir si son caractère – qui ne pourra jamais être changé – vous correspond et si vous pourrez combler ses besoins.

Méfiez-vous des animaleries et des éleveurs peu scrupuleux qui n’hésiteront pas à vous vendre sans vergogne leurs animaux comme des peluches dans l’objectif malsain d’écouler leurs « stocks » de chiots.

Et surtout, attendez-vous à tisser une relation très particulière, fondée sur une confiance réciproque sans faille, teintée d’une complicité feutrée – moins exubérante qu’avec un Caniche ou un Border Collie – et crénelée d’une obéissance très relative, dont il ne faut jamais abuser.

Comment choisir le meilleur régime alimentaire pour mon chien ?

Pour moi, le plus simple est de faire confiance aux professionnels. Cela vous donne l’assurance de donner à votre chien des produits adaptés tout en vous simplifiant la vie. Je recommande par exemple les produits DogChef. Il s’agit d’une entreprise qui établit pour votre chien des recettes sur mesure, 100% fraîches et directement livrées à votre domicile. Vous trouverez plus d’information en cliquant ici.

Groupe 6 : chiens courants, chiens de recherche au sang et races apparentées

basset hound

Le groupe 6 est dédié aux chiens de chasse sélectionnés pour leur flair impressionnant, leur endurance et leur obéissance.

Ce groupe compte 3 sections : les chiens courants (1), les chiens de recherche au sang (2) et les races apparentées (3).

Le plus connu des toutous de la section 1 est sans nul doute le Basset Hound, égérie du magazine Télé Z au regard triste et tombant.

On y trouve aussi le chien de Saint-Hubert, réputé pour son odorat qui serait plus affûté que celui de toutes les autres races de chiens, et le très répandu Beagle.

La section 2 ne compte que 3 races de chiens peu répandues en France : le chien rouge de Bavière, le Chien de recherche au sang de Hanovre et le Basset des Alpes, spécialisés dans la recherche de gibiers blessés.

La section 3 ne comprend que deux races : le chien de Rhodésie à Crête Dorsale, et le fameux Dalmatien, tous deux polyvalents et historiquement utilisés pour la garde et la chasse.

Les chiens du groupe 6 sont majoritairement utilisés pour la chasse, même si le Beagle, le Basset Hound et le Dalmatien se sont parfaitement adaptés à la vie de famille.

Ils demeurent cependant des chiens sportifs qui ont un grand besoin d’exercice et peuvent présenter un fort instinct de prédateur et de gardien qui doit être canalisé au cours de leur éducation pour en faire de bons chiens d’agrément.

Groupe 7 :  Chiens d’arrêt

setter anglais

Les chiens d’arrêt, pour la plupart issus de sélections créées à partir de chiens du groupe 6, sont destinés à marquer l’emplacement du gibier pour en indiquer la présence à leurs maîtres.

Le groupe compte deux sections classant les spécimens par origine géographique (« continentaux » et « britanniques et irlandais ») et divisées en sous-sections : les Braques (1.1), les Épagneuls (1.2), les Griffons (1.3), les Pointers (2.1) et les Setters (2.2).

Les différences sont principalement morphologiques, les chiens de ce groupe présentant les mêmes qualités innées pour marquer l’arrêt, issues des techniques de chasse des loups qui tendent à s’immobiliser un court instant avant de bondir sur une proie.

On dénote cependant des différences dans leurs aptitudes, notamment en termes de rapidité (Setter Anglais et Pointer) et de polyvalence, les chiens de races allemandes faisant aussi d’excellents rapporteurs de gibier.

Le caractère des chiens du groupe 7 varie énormément d’un individu à l’autre, certains se montrant forts obsédés par la chasse et peu à l’écoute de leurs maîtres dans le cadre d’une vie de chien d’agrément.

Mais la plupart sont très doux, affectueux, toujours attentifs aux moindres ordres et font des compagnons incroyablement dévoués et fidèles.

Groupe 8 : chiens rapporteurs de gibiers, chiens leveurs de gibiers et chiens d’eau

labrador

Voici un groupe qui parle à bien des maîtres, puisqu’il s’agit de celui des célèbres Labradors Retriever et Golden Retriever, meilleurs amis des hommes s’il en est !

Le groupe 8 comprend 3 sections : les chiens rapporteurs de gibiers (1), les chiens leveurs de gibiers (2) et les chiens d’eau (3).

Contrairement à une légende tenace, les Goldens Retriever et les Labradors ne sont pas des chiens d’eau, malgré leur inconstatable aisance dans l’eau (tout comme le Terre-Neuve, du groupe 2).

Ils appartiennent à la section 1 et ont été sélectionnés pour leur aptitude à rapporter le gibier, une activité qui requiert une grande obéissance et une dévotion incomparable, puisque le chien doit donner sa proie à son maître au lieu de la garder pour lui.

Parmi les véritables chiens d’eau, sélectionnés pour rapporter le gibier tombé dans l’eau (canard), on trouvera plutôt le Barbet, ancêtre du Caniche.

Quant à la section 2, elle regroupe les Spaniels – à ne pas confondre avec les Épagneuls (chiens d’arrêt du groupe 7) – dont les adorables Cockers, pour ne citer que les plus connus.

Fidèles, complices avec leurs maîtres et toujours volontaires et serviables, les chiens du groupe 8 font partie des toutous émérites qui ont su se faire une place dans les foyers avec autant – sinon plus – de succès que les chiens d’agrément.

Groupe 9 : chiens d’agrément et de compagnie

caniche

Les chiens d’agrément et de compagnie ont été sélectionnés au fil des siècles sur des critères de beauté, tout d’abord dans l’optique de permettre à leurs maîtres de démontrer leur richesse et leur oisiveté (en opposition aux chiens de travail).

Pour la plupart, ce sont des chiens de petite taille, qui présentent une longue fourrure, souvent soyeuse et élégante, et on les reconnaît facilement dans la rue.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les chiens du groupe 9 n’ont pas été créés de toute pièce pour l’agrément : ils descendent de petits chiens de travail.

De fait, même s’ils sont souvent moins exigeants que les chiens des autres groupes, ils présentent tout de même des besoins physiques et psychologiques qu’il est crucial de combler pour en faire des animaux heureux et équilibrés.

Les onze sections du groupe 9 et leurs races sont les suivantes :

  1. Bichons et apparentés : Bichon (Maltais, Havanais, à Poil Frisé et Bolonais), Coton de Tuléar et Petit Chien Lion.
  2. Caniches : Caniche Nain, Toy, Moyen et Grand.
  3. Chiens belges de petits formats : Griffon belge, Griffon Bruxellois et petit Brabançon.
  4. Chiens nus : Chien Chinois à Crête.
  5. Chiens du Tibet : Épagneul Tibétain, Lhassa Apso, Shih Tzu et Terrier Tibétain.
  6. Chihuahuas : Chihuaha.
  7. Épagneuls anglais d’agrément : Cavalier King Charles et Épagneul King Charles.
  8. Épagneuls japonais et pékinois : Pékinois et Épagneul Japonais.
  9. Épagneul Nain Continental et autres : Épagneul nain continental et Petit Chien Russe.
  10. Kromfohrländer : Kromfohrländer.
  11. Molossoïdes de petit format : Carlin, Boston Terrier et Bouledogue Français.

Chaque type de chien du groupe 9 présente un caractère bien à lui, mais on retrouve tout de même des qualités communes, tel qu’un profond attachement envers le maître – au point de ne pas pouvoir se passer de sa présence, un goût prononcé pour les sollicitations intellectuelles et une certaine tolérance à la sédentarité.

Il faut cependant distinguer l’adorable Caniche, toujours enjoué, démonstratif, ravi d’apprendre et d’effectuer de nouveaux tours pour amuser son maître, des chiens du Tibet, souvent plus distants, calmes et sélectifs dans les ordres auxquels ils décident de se plier.

Ne vous laissez donc pas tromper par l’allure pouponne de ces petits chiens au pelage de velours : ce ne sont pas des peluches, et s’ils tolèrent mieux la vie en appartement que les chiens des autres groupes, ils supportent d’autant plus mal la solitude et le manque d’attention de leurs maîtres.

De plus, ils auront toujours besoin d’une activité physique quotidienne et ne se contenteront pas d’une sortie hygiénique par jour.

Lorsque tous leurs besoins sont comblés et qu’ils évoluent aux côtés d’un maître attentif et disponible, ils font des compagnons hors pair : éveillés, complices, aimants, attentifs et protecteurs – voire jaloux !

Groupe 10 :  Lévriers

lévrier

Dernier groupe, et non des moindres, le groupe 10 regroupe les Lévriers, des chiens originellement utilisés pour la chasse et, par la suite, pour les courses de chiens.

Les lévriers se reconnaissent aisément à leur forme longiligne, leur tête noble et leur poil ras, excepté chez les spécimens des sections 1 et 2.

Sportifs, ce sont des chiens qui ont grand besoin de pouvoir courir en toute liberté pour dépenser leur trop-plein d’énergie.

Doux et sensibles, ils ont su conquérir les foyers et font des compagnons très discrets, presque effacés, calmes et placides, ne réveillant le sprinter qui sommeille en eux que quand ils peuvent s’ébattre dans de grands espaces.

Questions fréquemment posées par les maîtres sur les groupes de chiens ?

Combien y a-t-il de groupes de chiens ?

Il existe 10 groupes de chiens en France et à l’international, c’est-à-dire au sein des pays membres de la FCI.

Les groupes de chiens sont-ils identiques aux catégories de chiens ?

Non, les groupes de races n’ont rien à voir et ne doivent pas être confondus avec les catégories de chiens créées pour identifier les animaux susceptibles d’être dangereux.

À quoi servent les groupes de chiens ?

Les groupes de chiens permettent, entre autres, de faciliter les expositions canines destinées à apprécier l’esthétique et les aptitudes d’un animal.

De fait, elles ne présentent pas de rigueur scientifique qui tendrait à classer les chiens par morphologie ou origines, et certains regroupements peuvent donc s’avérer un peu déroutants.

Comment savoir de quel groupe de race fait partie mon chien ?

Si votre chien possède un pedigree, son groupe et les premières lettres de sa race sont indiqués au-dessus de son nom, par exemple sous la forme « LOF 7 BR. W. » pour un Braque de Weimar du groupe 7.

Les groupes de races peuvent-ils m’aider à savoir quel chien est fait pour moi ?

Les groupes de races sont de bons indicateurs pour obtenir des informations très générales sur les races de chiens, et surtout connaître leurs besoins.

Par exemple, si vous menez une vie de sédentaire, il sera plus judicieux de vous tourner vers le groupe 9 et d’éviter le groupe 1.

Cependant, chaque toutou a son caractère propre, il ne faut donc pas s’accrocher aux généralisations sur les groupes de chien, mais plutôt les considérer comme des indices pour débuter vos recherches.

Pour conclure

Vous voici, je l’espère, un peu mieux renseignés sur les dix groupes de races et les caractéristiques communes qui rassemblent certains types de chiens.

dresser son chien en 15 minutes par jour


Pour vous assurer de bien choisir le chien qui correspondra à votre mode de vie, à votre caractère et à votre maitrise de l’éducation canine, n’hésitez pas à demander conseil à un éducateur ou à un éleveur au sérieux reconnu.

Il vous reste des questions sur les dix groupes de chiens ? Posez-les-nous ou venez partager vos expériences en commentaire de cet article !

Derniers mots et recommandations importantes

Aimer et éduquer son chien c'est aussi le protéger contre les aléas de la vie. C'est pourquoi je vous recommande vivement de souscrire à une assurance santé pour chien dès que possible. Cela vous évitera des frais de vétérinaires astronomiques en cas d'accident ou maladie.

J'ai placé, ci-dessous, un comparateur d'assurances totalement gratuit que j'ai moi-même personnalisé.

Vous y trouverez les meilleures offres du marché, à partir de 3,90€ par mois.