C’est un fait, de plus en plus de personnes souhaitent travailler comme soigneur animalier. Travailler dans un zoo est le projet professionnel de centaines de personnes en France. Mais avec seulement 350 établissements en France – parcs animaliers et aquariums publics – le marché de l’emploi est malheureusement peu porteur.

Toutefois, il sera toujours possible de venir soigneur animalier pour ceux qui se donnent les moyens d’y parvenir. Cet article aborde quelques points et donne quelques conseils aux novices qui veulent devenir soigneur animalier.

En pleine période de formation aux soins canins, je suis récemment tombé sur la formation plus globale dédiée aux soins animaliers proposée par Jean-Michel. J’ai choisi de suivre également cette formation pour compléter mes connaissances, et c’est pour cette raison que j’ai souhaité proposer à Jean-Michel de venir parler de son métier sur Caniprof. Cet article a donc été rédigé par Jean-Michel Dupuyoo, soigneur animalier et fondateur du site http://www.formationsoigneuranimalier.fr/. 

Que fait quotidiennement un soigneur animalier ?

Avant d’aller plus loin dans cet article, il me semble nécessaire d’exposer brièvement le métier de soigneur animalier en parc zoologique. Ce métier est de plus en plus médiatisé et c’est une bonne chose, car il s’agissait d’une profession encore moquée il y a de cela quelques années.

Mais cette médiatisation – par les émissions télévisées en particulier – ne passe pas par la transmission d’un message juste, d’une réalité professionnelle.

Débutons par faire un parallèle entre un parc zoologique et une ferme. Car un parc zoologique peut être facilement comparé à une ferme d’élevage. Les activités d’une ferme demandent un travail manuel important pour nourrir les animaux, nettoyer régulièrement les jours les enclos et les boxes, s’assurer que chaque individu est en pleine santé,…

Des procédures y sont mises en place par le responsable de l’exploitation et elles doivent être suivies. Ce travail est assuré par des ouvriers agricoles qui travaillent de façon autonome. On observe la même chose dans un parc zoologique. Sauf que ces activités quotidiennes sont exécutées par les soigneurs animaliers.

Mais contrairement à la plupart des exploitations agricoles, un parc zoologique reçoit du public durant toute ou partie de l’année. Les visiteurs doivent pouvoir circuler dans des lieux propres et correctement aménagés. Ils doivent également être informés au sujet des animaux élevés par l’établissement.

Ces tâches supplémentaires qui sont le nettoyage des lieux fréquentés par le public, l’entretien des massifs paysagers et des allées et les activités d’animation vont souvent être confiées aux soigneurs animaliers. Sauf chez des établissements de grandes dimensions qui disposent parfois des services techniques dédiés.

Le soigneur animalier doit donc suivre des procédures afin d’effectuer un travail de qualité d’une grande régularité. Car les animaux ont besoin de recevoir les mêmes soins tout au long de l’année. Beaucoup de personnes peuvent se décourager face à cette routine.

Le métier de soigneur animalier inclus souvent d’animer des ateliers pédagogiques à destination des visiteurs.

Serez-vous capable d’effectuer la même suite de tâches tous les jours pendant des années ? Il faut aussi accepter de travailler sous la supervision d’un responsable animalier. Car c’est lui qui planifie le travail et prend les décisions.

Être soigneur animalier est aussi un métier physique. Il est important d’être capable de travailler en extérieur durant toute l’année et quelles que soient les conditions météorologiques. Bien entendu, cela peut aussi être tout l’intérêt de ce métier pour des personnes qui ne supportent pas d’être enfermées toute la journée dans un bureau.

Rappelons de nouveau que le travail au contact d’animaux demande beaucoup de rigueur. En premier lieu pour sa propre sécurité. Car travailler avec des fauves, de grands herbivores, des grands primates et autres animaux dangereux ne laisse pas de place à l’erreur.

Le soigneur animalier doit contrôler quotidiennement les paramètres de l’environnement des animaux (ici tortues sillonnées) comme la température et l’humidité.

De plus, certaines espèces demandent une surveillance attentive afin de reconnaître les signes inquiétants d’une maladie ou d’un état de stress. Il faut être prudent et observateur.

Être soigneur animalier c’est aussi le privilège de vivre des moments forts. Comme des naissances d’animaux rares. Mais revers de la médaille d’autres périodes peuvent être moralement beaucoup plus difficiles à vivre. Il faut être capable de faire face lorsqu’un animal vient à mourir.

Dans un parc zoologique qui élève souvent des centaines d’animaux cela survient régulièrement.

Le métier de soigneur animalier réserve de petits et grands bonheurs. Mais c’est aussi parfois des tristesses. Il faut être fort physiquement et mentalement.

Vie professionnelle et vie privée

Le fonctionnement continu des établissements impose aux soigneurs animaliers de travailler les week-ends et les jours fériés. Bien entendu en alternant avec ses collègues et en bénéficiant de jours de congés comme tous les employés.

Ainsi les soigneurs animaliers travaillent souvent un week-end sur deux. Ce rythme s’il convient aux jeunes adultes pose souvent par la suite des difficultés à une vie de famille épanouie.

Précisons que peu d’emplois sont proposés. Et il faut souvent déménager pour occuper un nouveau poste dans un nouvel établissement. On quitte alors famille, amis et il faut s’adapter à un nouvel environnement.

Peut-on devenir soigneur animalier sans diplôme ?

Les premières écoles de soigneur animalier ont été créées à la fin des années 1990 en France. Avant cela les employés étaient formés “sur le tas”. Et c’est encore le cas actuellement dans de nombreux établissements. Alors, faut-il suivre des études de soigneur animalier ?

Les qualités que l’on attend d’un soigneur animalier ne s’apprennent pas dans une école. Des aptitudes comme la rigueur, le sens des responsabilités, la capacité de travailler au sein d’une équipe, de rendre compte de ses observations à sa hiérarchie feront la différence. Les gestes et la cadence au travail peuvent s’acquérir en suivant des stages au sein de plusieurs parcs animaliers.

Les offres d’emploi d’adresse comme souvent à des personnes disposant d’une expérience minimale. Cette première expérience peut se faire durant une ou plusieurs périodes de stage. Si vous êtes scolarisé et que votre cursus vous le permet, essayez de faire vos stages en parc zoologique.

Si vous n’êtes plus scolarisé, vous pouvez effectuer plusieurs semaines d’immersion en faisant une demande auprès de pôle emploi ou de la mission locale et obtenir une PMSMP.

Depuis une vingtaine d’année, les parcs zoologiques en France améliorent leurs pratiques. La mise en place de protocoles d’élevage de plus en plus précis ainsi que le développement de la mission d’éducation nécessite une main d’oeuvre qualifiée.

Pour répondre à leurs besoins les directions cherchent souvent des personnes formées au sein d’une école. Alors, si vous en avez la possibilité formez-vous.

Plusieurs fois pas jour il faut préparer les rations les animaux en prenant compte des besoins de chaque individu.

dresser son chien en 15 minutes par jour



Quelles sont les meilleures écoles de soigneur animalier ?

Le métier de soigneur animalier intéresse de plus en plus de monde. Et c’est probablement pour cette raison que plusieurs formations se sont récemment créées. Plus de dix écoles forment au métier de soigneur animalier ! Bien entendu, toutes ces formations ne sont pas vues de la même façon par les responsables des parcs animaliers.

Les formations qui ont à la majorité leurs préférences sont également les trois plus anciennes en France. Elles sont délivrées par la MFR de Carquefou, le CFPPA de Loir et Cher et le CFAA du Lot.

Pour leur part, les futurs apprenants cherchent surtout des formations reconnues par l’état. Au moment où nous écrivons cet article (août 2019) seules deux formations délivrent un titre professionnel de soigneur animalier. Il s’agit de la MFR de Carquefou et du CFAA du Lot. Mais d’autres établissements cherchent à obtenir cette distinction. Renseignez-vous, car du changement est dans l’air.

D’autres formations qui ne délivrent pas de titre professionnel et qui sont plus récentes obtiennent l’appui de directeurs d’établissement. C’est le cas de Siane Formation, du Lycée des Etablières et du Lycée Saint-André.

Vous pouvez consulter la liste des écoles de soigneur animalier (https://formationsoigneuranimalier.fr/pages/les-formations-de-soigneur-animalier-en-france-et-belgique) en France et en Belgique et obtenir davantage d’information sur ces établissements et les formations qu’ils proposent.

Comment les écoles sélectionnent-elles leurs candidats ?

La majorité des écoles et des centres de formation recrutent des candidats possédant au moins un baccalauréat. Mais il n’est pas inhabituelle que des titulaires d’une licence ou d’un master ne se présentent. Dans tous les cas des cursus agricoles et en biologie sont favorisés.

Ainsi, si vous avez du temps devant vous, poursuivez votre scolarité par des études supérieures. Ceci est également une sage précaution, car vous serez peut-être amené à ne pas être soigneur animalier durant toute votre carrière.

Le processus de sélection se base sur l’examen d’un dossier de candidature. Et le cas échéant, par une convocation à un examen écrit et une audition devant un jury. C’est une épreuve que beaucoup de franchisse pas. Alors autant bien vous préparer !

Comment bien se préparer pour intégrer une école de soigneur animalier ?

Chaque année, plusieurs centaines de personnes se présentent aux différents concours d’entrée de ces écoles et centres de formation. Le nombre des places disponibles est très limité. L’une des écoles contactées nous indique que sur 400 candidatures reçues chaque année, elle n’en conserve qu’une vingtaine.

Ces taux de sélection sont dignes des grands écoles de commerce ! Alors, comment faire pour mettre toutes les chances de son côté ? Il faut vous préparer bien entendu. Cette préparation doit se faire à deux niveaux :

  • Premièrement, les écoles demandent une première expérience en parc zoologique. Les candidats attester d’au moins trois semaines à un mois de pratique au sein d’un établissement. Dans les faits, les candidats sont nombreux à afficher plus de 3 mois de stages. L’un critère de l’expérience est très important. Si vous le pouvez faites autant de stages que possible. Des stages d’un mois à deux mois sont conseillés. Mais si vous ne disposez pas de ce temps contentez-vous de périodes plus courtes. Dans plusieurs établissements afin de vivre des situations diverses. Vous pourrez toujours expliquer vos choix de stages au jury d’admission.
  • Deuxièmement, il est important de consolider votre socle de connaissances professionnelles. Les stages permettent d’acquérir une partie de celle-ci, mais il peut être avantageux d’approfondir des sujets plus techniques. Les jurys des écoles apprécieront vos connaissances en nutrition, en santé animale, en reproduction et en pédagogie.

La formation Préparation soigneur animalier permet de se former à distance et par internet aux aspects théoriques du métier de soigneur animalier (www.formationsoigneuranimalier.fr). Elle se base sur des wébinaires en direct animés par des professionnels des parcs animaliers.

Des activités individuelles favorisent les apprentissages. Elle peut vous aider à vous préparer à intégrer une école de soigneur animalier, mais elle est aussi indiquée pour valider ses choix d’orientation. Ne vous laissez pas dans une voie qui n’est pas adaptée à vos attentes !

Dernier conseil, postulez à plus d’une seule école de soigneur animalier. Si toutefois plusieurs ont vos faveurs. Vous augmenterez vos chances d’intégrer l’une d’entre elle. Et si vous n’obtenez pas malgré tous vos efforts votre place dans une école, représentez-vous pour une prochaine session.

Alors êtes-vous prêt ?

J’espère ne pas vous avoir découragé. Bien au contraire je vous encourage à poursuivre dans votre projet. J’ajouterais que l’on peut être passionné par les animaux et ne pas s’épanouir comme soigneur animalier. Prenez le temps de réfléchir sur vos projets professionnels. Travailler dans un zoo y a t-il une place ?

On peut aussi se lasser de ce métier ou simplement souhaiter passer à toute autre chose. Pensez-y si vous êtes encore étudiant. Allez le plus loin possible dans vos études avant d’intégrer une école de soigneur animalier et de vous spécialiser. Une reconversion professionnelle sera probablement plus facile si vous avez un BTS, une licence ou un master.

Je vous souhaite du courage et de belles aventures professionnelles !

Derniers mots et recommandations importantes

Aimer et éduquer son chien c'est aussi le protéger contre les aléas de la vie. C'est pourquoi je vous recommande vivement de souscrire à une assurance santé pour chien dès que possible. Cela vous évitera des frais de vétérinaires astronomiques en cas d'accident ou maladie.

J'ai placé, ci-dessous, un comparateur d'assurances totalement gratuit que j'ai moi-même personnalisé.

Vous y trouverez les meilleures offres du marché, à partir de 3,90€ par mois.